"Ça reste très frustrant": les confidences de Rémi Camus contraint de reporter son défi de rallier Monaco depuis la Corse à la nage

L’aventurier avait pour projet de traverser la Méditerranée à la nage entre Calvi et Monaco début septembre. Un défi finalement reporté à la suite d’un enchaînement de contretemps.

Article réservé aux abonnés
Kévin Sanchez Publié le 08/09/2022 à 11:00, mis à jour le 08/09/2022 à 14:20
La traversée est finalement reportée au début du mois de juin 2023. Photo Valentin Lam

Rallier Monaco au départ de Calvi à la nage, en totale autonomie. Tel était le projet un peu fou que devait se lancer début septembre Rémi Camus. Mais après deux années de préparation intensive, le défi dont la vocation est de sensibiliser le public à l’environnement a finalement dû être reporté à l’année prochaine. La faute à un enchaînement de contretemps subi ces dernières semaines. Un coup dur que nous raconte l’aventurier.

Pourquoi reportez-vous l’expédition?
C’était un concours de circonstances sur la période estivale. Trouver des solutions ou faire des compromis de dernière minute ce n’est pas du tout ce que j’aime faire. Je préfère que les choses soient carrées en amont. Malheureusement pour nous, une dizaine de jours avant le départ, le skipper qui était le capitaine du bateau a eu un grave accident en faisant du vélo de montagne. Il nous restait peu de temps pour trouver un remplaçant qui puisse embarquer.

Comment avez-vous vécu ces aléas?
Ça a augmenté ma charge de stress. Si on ajoute les conditions de mer qui pouvaient être très variables en Méditerranée due à la hausse des températures que l’on a eue pendant toute la période estivale et avec un risque de 20-30% de conditions plus rudes en pleine mer, j’ai préféré reporter. Si physiquement j’étais encore là pour le faire, mentalement je n’étais plus du tout prêt. Devoir réorganiser des choses en dernière minute m’a complètement déstabilisé. Ça m’a fait perdre tous mes moyens et je me suis dit si on part et qu’on a une problématique en pleine mer je serais tout seul pour trouver une solution. J’ai l’habitude de dire à mes partenaires, ma famille ou lorsque je fais mes conférences que le but d’une aventure est de partir pour faire un projet et d’arriver vivant pour le raconter.

 

Dans quel état d’esprit êtes-vous en ce moment?
Je suis très énervé et déçu. Ce qui est très énervant quand on doit reporter un projet comme ça, c’est que quand on a passé deux ans dessus à y mettre toutes ses tripes en essayant de mettre quelque chose en place qui soit intéressant sur différents points comme le marketing, la communication, la transmission des messages dans les écoles, les entreprises, la construction de la plateforme… et qu’au bout de deux ans on doit reporter un projet à une nouvelle date, on se pose beaucoup de questions. Ce que j’ai l’habitude d’expliquer aux gens, c’est qu’il y a deux choses dans la vie que l’on ne peut pas récupérer : le temps que l’on consacre à quelque chose et l’énergie que l’on met sur un projet…

Vous avez une nouvelle date pour la traversée?
Ce sera au début du mois de juin 2023. On sera sur une période où les conditions sont encore plus favorables. La température sera aussi plus fraîche, il y aura moins de présence sur l’eau qu’au mois de septembre… Donc on a choisi cette période pour avoir les meilleures conditions possibles. Et si ça peut être fait avant ça serait encore mieux.

Vous avez reçu beaucoup de soutien?
Oui, c’est vécu comme un échec. Même si on ne s’est pas lancé, beaucoup de personnes me disent mais ce n’est pas un échec puisqu’on ne l’a pas encore fait. C’est juste un report. Mais ce qui est difficile c’est l’échec de ne pas s’être lancé. C’est ça qui est compliqué à accepter et demande un certain temps d’adaptation pour retrouver ce goût, cette motivation pour se relancer. J’ai souvent les partenaires soit par message ou par téléphone. Ils m’ont tous dit de prendre ce temps pour moi et qu’en juin 2023 ils seront tous là pour me soutenir et m’aider car ils savent que je le ferai à ce moment. Mais ça reste très frustrant.

Financièrement vous avez des besoins?
Malheureusement ça va être l’aspect qu’il va falloir encore travailler. En termes de communication on a dépensé une grosse somme pour parler du projet. Je ne vais pas dire que tout est tombé à l’eau. La communication a été faite mais il va falloir tout relancer pour l’année prochaine et retrouver un budget pour cet aspect-là.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.