“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

C'est l'histoire de Baroc, un jeune pêcheur de Lune

Mis à jour le 31/01/2018 à 05:23 Publié le 31/01/2018 à 05:23
Âgé de 71 ans, l'ancien journaliste de Nice-Matin et ancien rédacteur en chef de Monaco Info, Patrick Casavecchia, a écrit son tout premier roman.

Âgé de 71 ans, l'ancien journaliste de Nice-Matin et ancien rédacteur en chef de Monaco Info, Patrick Casavecchia, a écrit son tout premier roman. S.W.

Monaco-matin, source d'infos de qualité

C'est l'histoire de Baroc, un jeune pêcheur de Lune

Ancien journaliste de Monaco-Matin, le Mentonnais Patrick Casavecchia publie son premier roman Baroc, signe particulier : Néant. Une histoire d'amour chamboulée par une terrible malédiction

Ça a commencé par quelques pages. Écrites d'une seule levée d'encre. Comme ça. Pour le plaisir des mots. « Au début, je ne pensais pas écrire un roman. Puis, au fur et à mesure de l'histoire, j'ai eu envie de faire vivre mes personnages, de créer une fiction et d'aller jusqu'au bout du récit… », détaille Patrick Casavecchia.

Âgé de 71 ans, le Mentonnais publie aux éditions « 5 Sens » son tout premier roman intitulé Baroc, signe particulier : Néant.

Sur 350 pages, l'auteur raconte l'histoire d'amour touchante entre Baroc, un étudiant en astronomie idéaliste et rêveur et Garance, une jeune femme solaire, brillante et attachante. « Ce sont des âmes sœurs. Malheureusement, leur belle histoire va être troublée par une malédiction… »

« J'avais envie de prendre mon temps »

Journaliste à Nice-Matin pendant 28 ans - notamment en tant que responsable des agences de Menton et Monaco - et ancien rédacteur en chef de Monaco Info, Patrick Casavecchia a toujours été passionné par l'écriture. « Lorsque j'étais enfant, j'avais créé le Journal de Nice et je rédigeais mes articles sur une machine à écrire. Quelques personnes de ma famille s'étaient abonnées à l'époque », se remémore-t-il dans un sourire.

Finalement, le Mentonnais attend l'arrivée de la retraite pour s'adonner pleinement à sa passion. « J'avais envie de prendre mon temps… Écrire une histoire d'amour m'a paru être une évidence. »

En tant que journaliste, Patrick Casavecchia reste marqué par deux actualités fortes en Principauté : la mort soudaine de Stefano Casiraghi en 1990 et le décès de Rainier III en 2005. « Je me rappellerai toujours de la tension qui régnait à Monaco… » Il aura rencontré de nombreuses personnalités du Rocher. Et d'ailleurs.

Pourtant, Patrick Casavecchia ne s'est pas inspiré de son passé de journaliste pour imaginer les personnages de son premier roman. « Je voulais un ouvrage totalement fictif », précise-t-il. D'ailleurs l'intrigue se déroule à Rouen. Et d'avouer quelques ressemblances avec le jeune Baroc. « Comme moi, lorsque j'étais plus jeune, il est pigiste dans un journal, il a une machine à écrire de couleur noire et un goût pour les chiffres. » Et Garance ? « C'est la fille parfaite pour moi ! Jolie et intelligente. »

Dans cet ouvrage, l'histoire d'amour malmenée par la fuite du temps tient le lecteur en haleine. Sous l'œil bienveillant de la Lune… Un roman tout en poésie.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.