“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Bouygues a bouclé la ceinture de l’Anse du Portier à Monaco

Mis à jour le 18/07/2019 à 21:19 Publié le 18/07/2019 à 21:17
Hier, à 14 h 54, ce 17e caisson a complété et achevé la nouvelle frontière physique de Monaco.

Hier, à 14 h 54, ce 17e caisson a complété et achevé la nouvelle frontière physique de Monaco. (Photo Bouygues TP - MC)

Bouygues a bouclé la ceinture de l’Anse du Portier à Monaco

Ce jeudi après-midi, le dernier caisson délimitant l’extension en mer a été mis en place. Un moment crucial pour ce gigantesque chantier qui avance à grands pas.

Ça y est, c’est fait. Les frontières physiques de Monaco ont concrètement changé, empiétant sur la mer. Ce jeudi, à 14 h 54, le dernier caisson de béton a été imbriqué dans la ceinture qui délimite la future extension en mer. C’est donc un gros parpaing de plusieurs milliers de tonnes, et de 33 mètres de large sur son plus grand côté, que les équipes de Bouygues Travaux publics ont fait flotter jusqu’à bon port, avec une marge de manœuvre de 56 centimètres. Quasiment au chausse-pied.

"Cette fermeture, cela fait quatre ans qu’on l’attend, et elle s’est déroulée exactement comme prévu", confie Christophe Hirsinger, directeur Grands Projets de Bouygues TP, très satisfait.

Et il faut croire que le mois de juillet est plutôt favorable à Bouygues: "Ce chantier a été très rythmé: nous avons signé le traité en juillet 2015; nous avons eu l’offre de service en juillet 2016; en juillet 2017, nous avons eu l’approbation de nos études par l’État; et en juillet 2018, le premier caisson est arrivé", poursuit-il.

"Lagon" temporaire

Grâce au travail de 700 personnes à Marseille et de 300 personnes à Monaco, la ceinture est aujourd’hui bouclée. Le résultat? Un ouvrage de 500 mètres de long, qui "repose par 20 mètres de fonds sur une colline sous-marine spécifiquement conçue", précise le communiqué de presse. Et au milieu, un "lagon" bleu. Un peu trouble, mais bleu. Et surtout, temporaire. Car dès cet automne, les équipes commenceront le remplissage de ce grand trou, actuellement plein d’eau.

Pas moins de 440.000 tonnes de sable, venues tout droit d’une dune sous-marine de Sicile, viendront constituer les fondations du futur écoquartier.

Pourquoi faire venir le sable de si loin? "Il existe très peu de zones d’emprunt de sable sous-marin en Méditerranée, et encore moins dont les études d’impact sur l’environnement étaient satisfaisantes. Et ce sable présente toutes les qualités requises", explique Christophe Hirsinger.

Pas de panique pour la qualité de vie sur le bitume des routes monégasques: ces remblais seront acheminés par voie de mer.

Le trou sera rempli de sable

À mesure que cet espace sera rempli de sable d’un côté, l’eau sera pompée de l’autre côté pour éviter que cette eau ne vienne troubler la mer environnante : "Nous avons beaucoup travaillé pour éviter la turbidité de l’eau, ce n’est pas pour se relâcher maintenant", plaisante Christophe Hirsinger.

En attendant, les hommes en orange continuent à travailler sur la ceinture nouvellement constituée, pour bâtir des murs et des planchers dans les caissons, mais aussi pour achever la promenade qui sera présente tout le long de ce nouvel ouvrage.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct