Boris Cyrulnik va parler Éducation et résilience

Dans le cadre du cycle de conférences proposé par le programme de co-éducation Erasmus +, animé par la Ville, le professeur Boris Cyrulnik tiendra une conférence sur le thème « Éducation et résilience » le mercredi 9 janvier à 19 h au nouveau Centre culturel Prince Jacques.

Article réservé aux abonnés
SONY ITH Publié le 02/01/2019 à 05:15, mis à jour le 02/01/2019 à 05:15
Le professeur Boris Cyrulnik, auteurs de nombreux ouvrages de neuropsychiatrie.	(DR)
Le professeur Boris Cyrulnik, auteurs de nombreux ouvrages de neuropsychiatrie. (DR)

Dans le cadre du cycle de conférences proposé par le programme de co-éducation Erasmus +, animé par la Ville, le professeur Boris Cyrulnik tiendra une conférence sur le thème « Éducation et résilience » le mercredi 9 janvier à 19 h au nouveau Centre culturel Prince Jacques.

Une conférence animée par l'un des plus éminents intellectuels français, neurologue, psychiatre, éthologue et psychanalyste, connu entre autres pour avoir développé le concept de résilience - ou comment renaître de sa souffrance.

La question éducative étant bien sûr au cœur de ses recherches, ce brillant scientifique, directeur d'études à l'université de Toulon, auteur de nombreux ouvrages de neuropsychiatrie, voue son existence à la vulgarisation de son savoir grâce notamment à ses livres.

D'énormes succès vendus à des millions d'exemplaires dont un « Un merveilleux malheur », « Les vilains petits canards », « Les âmes blessées » ou encore « Psychothérapie de Dieu » et « Ivres paradis, bonheurs héroïques », parmi les plus récents.

Homme de médias, son regard et son analyse sont très sollicités. Élevé au rang d'officier de la Légion d'honneur, il est aussi président du centre de création et de diffusions culturelles de Châteauvallon, président du Prix Annie-et-Charles-Corrin sur la mémoire de la Shoah, a participé à la commission Attali…

Les traumatismes de l'enfance

« Pape » de la résilience, il sait de quoi il parle, lui qui, à l'âge de 6 ans, échappe à une rafle et perd ses parents déportés à Auschwitz. Tout au long de son œuvre, il s'appuie sur la tragédie de son enfance pour explorer ce « mystère psychologique » qui lui a permis, comme à d'autres jeunes plongés dès leur enfance dans des drames, de revenir à la vie. Une résilience, thème de cette première conférence proposée au Centre culturel de Beausoleil. Une première soirée sans nul doute passionnante.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Monaco-Matin

Un cookie pour nous soutenir

Nous avons besoin de vos cookies pour vous offrir une expérience de lecture optimale et vous proposer des publicités personnalisées.

Accepter les cookies, c’est permettre grâce aux revenus complémentaires de soutenir le travail de nos 180 journalistes qui veillent au quotidien à vous offrir une information de qualité et diversifiée. Ainsi, vous pourrez accéder librement au site.

Vous pouvez choisir de refuser les cookies en vous connectant ou en vous abonnant.