“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Bob Dylan s'invite au théâtre Princesse-Grace

Mis à jour le 18/03/2017 à 05:10 Publié le 18/03/2017 à 05:10
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Bob Dylan s'invite au théâtre Princesse-Grace

Les jeunes premiers de la Comédie-Française se sont produits jeudi soir au théâtre Princesse-Grace pour une pièce hybride, mêlant comédie et chant, laissant les spectateurs bouche bée

Studios Columbia Records, New York, 1965. Le décor est planté. Exit la prestigieuse salle de théâtre. Tout a été pensé dans le moindre détail. Des bouteilles de bière sur le piano aux tasses de café déjà entamées, on s'y croirait presque. Si bien qu'on entend à peine le début de la pièce, où l'un des cinq acteurs, posté à droite de la scène, commence son monologue sans même que les lumières s'éteignent.

Al Cooper, jeune musicien de 21 ans, a été invité un peu par hasard à la session d'enregistrement du célèbre Like a Rolling Stone de Bob Dylan. Un moment qui s'annonce pour lui inoubliable. Mais rien ne va se passer comme prévu…

Une immersion totale

Si le studio d'enregistrement prend toute la scène, la salle entière est mobilisée. La régie au fond de la salle laisse à penser qu'il s'agit de celle du théâtre. Mais c'était sans compter l'arrivée du personnage de Tom, interprété par Gilles David, producteur grincheux de Bob Dylan qui fait répéter les cinq musiciens encore et encore, en les engueulant entre deux prises.

Une scène à l'avant et une scène à l'arrière : le public se retrouve donc au beau milieu d'une session d'enregistrement.

Entre un Bob Dylan désemparé et des musiciens pas vraiment préparés, la pièce d'une heure et quart joue sur le comique de situation mais aussi de répétition. Le morceau est joué, repris, mais aussi interrompu par un monologue du personnage de Dylan en anglais, véritable morceau de bravoure pour Sébastien Pouderoux. Les musiciens se transforment même, le temps d'un instant, en journalistes lors d'une conférence de presse de Bob Dylan. Le public, peut-être parfois un peu confus, accepte ces changements de rôles sans broncher.

Un concert en bonus

Petits et grands se sont réunis jeudi soir pour découvrir l'univers de Dylan. À en croire les applaudissements à la fin de la pièce, les Monégasques semblent avoir été conquis.

« C'est génial parce que les enfants ne connaissent pas du tout Bob Dylan, donc ils ont pu le découvrir ce soir », expliquent Véronique et Sandra, deux amies venues avec leurs enfants. Bastien, 11 ans, Théo, 13 ans, et Chloé, 12 ans, ont trouvé la pièce « très drôle » et ont beaucoup aimé le jeu des acteurs. « Et puis la pièce a eu lieu dans tout le théâtre, pas juste la scène », continue Chloé.

Les spectateurs ont surtout retenu le concept assez atypique de la pièce de mêler la musique à la comédie : « C'est très original et c'est une très bonne idée d'allier la musique au théâtre pour des novices comme nos enfants. En plus d'être bons acteurs, ils sont bons musiciens », explique Véronique.

Pour les plus motivés, le théâtre Princesse-Grace avait prévu une petite session de concert de 45 minutes avec le groupe Sirius Plan, composé de trois jeunes femmes chantant en harmonie. Titres de Bob Dylan revisités et chansons originales étaient au programme de ce petit final musical, pour le plus grand bonheur des spectateurs.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.