“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Bloqué dans les hauteurs de Gorbio

Mis à jour le 03/01/2019 à 05:43 Publié le 25/12/2018 à 05:43

Bloqué dans les hauteurs de Gorbio

En 2015, un appel vient ruiner tout espoir, pour les gendarmes du PGHM, de célébrer le réveillon en toute quiétude.

En 2015, un appel vient ruiner tout espoir, pour les gendarmes du PGHM, de célébrer le réveillon en toute quiétude. Il est 20 h 30 quand un randonneur lyonnais de 68 ans, parti le matin sur les sentiers du haut pays mentonnais, compose le 18 - avant que la batterie de son téléphone portable ne rende l'âme. Bloqué dans une barre rocheuse aux environs de Gorbio, le montagnard n'a pu donner davantage de détails.

Pour ne rien arranger, l'hélicoptère Dragon 06 de la Sécurité civile ne peut décoller en raison des conditions climatiques.

En conséquence, c'est à pied que trois gendarmes partent de Saint-Sauveur-sur-Tinée pour aller secourir l'infortuné (et imprudent) randonneur. Et pour cause, ce dernier ne dispose pas même d'une lampe, qui aurait pourtant aidé les militaires à la localiser plus aisément.

C'est finalement à la voix que des gendarmes de Menton - également mobilisés - parviennent en premier à le repérer depuis un sentier. Le randonneur était réfugié sur une terrasse, en contrebas du chemin, bloqué entre des rochers très instables. Une jungle le sépare de ses sauveurs.

Fatigué, égratigné mais indemne, l'homme - désorienté - est encordé. On l'aide à remonter sur un sentier avant de l'expédier à Gorbio.

Épique, le réveillon se termine sans drame. Les gendarmes, quant à eux, ne rentreront à leur base qu'à 2 h 30 du matin. L'histoire ne dit pas si des cadeaux les attendaient d'ores et déjà au pied du sapin.


La suite du direct