“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Beausoleil devient Cité de l'éducation

Mis à jour le 11/02/2017 à 05:06 Publié le 11/02/2017 à 05:06
Le maire a signé cette charte présente dans une douzaine de pays d'Europe et créée il y a dix ans à Charleroi.

Le maire a signé cette charte présente dans une douzaine de pays d'Europe et créée il y a dix ans à Charleroi. Jean-François Ottonello

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Beausoleil devient Cité de l'éducation

La ville a adopté ce label européen né en Belgique et qui vise à travailler sur des systèmes d'éducation ancrés dans le lien social, pour apprendre de façon plus ludique

Choisie pour son multiculturalisme, la ville de Beausoleil vient de devenir « Cité de l'éducation ». Un nouveau label, entériné par la signature officielle pour entrer dans la ronde de ces villes qui ont choisi de développer l'éducation par le lien social.

L'idée a jailli il y a dix ans sous l'impulsion de Jean-Pierre Pourtois. Cet universitaire belge l'explique, il a souhaité « changer les manières d'enseigner par la co-éducation. Unir les parents, les enseignants et les pouvoirs publics pour proposer de nouvelles méthodes d'enseignement aux enfants, quand les méthodes classiques ont leurs limites ».

La ville de Charleroi a été son terrain d'étude. Et une des clés de cette méthode est de transformer les enseignants en apprenants. En conférant notamment aux enfants des notions qu'ils partagent avec leurs parents dans un échange de pédagogie inversée. « L'éducation c'est s'émanciper pour améliorer son bien-être et sa qualité de vie » continue Jean-Pierre Pourtois.

Nouvelles perspectives

Le principe a déjà séduit une douzaine de pays, dont plusieurs villes françaises comme Asnières, Belfort, Toulouse ou Nantes

À Beausoleil, ce développement social passera notamment par des animations et un travail sur le langage. Avec des parents d'origine étrangère qui apprennent le français, tandis que leurs enfants apprennent la langue natale de leurs parents, grâce aux professeurs.

Au moment de la signature de l'accord, le maire Gérard Spinelli y a vu d'ailleurs « de nouvelles perspectives de réussites éducatives » pour sa commune. « Je suis très heureux que Beausoleil ait été choisie pour porter cette espérance d'égalité des chances, d'accès pour tous à la transmission, à la culture, à la mémoire, à la citoyenneté en plaçant au cœur du dispositif des Cités de l'éducation, la mise en réseau des actions et la transversalité entre tous les acteurs de l'enfance : l'école et les parents d'élèves, mais aussi l'ensemble de la collectivité ».

« Je suis très honoré et fier que Beausoleil porte désormais en elle ce label éducatif, qu'elle relève comme un défi de réussite, dans une ville parmi les plus cosmopolites de France. C'est une reconnaissance de la ville dans la spécificité de sa mixité culturelle, qui loin de faire peur, mobilise les institutions et focalise l'intérêt des initiatives éducatives innovantes et génératrices de cette cohésion, dont nous avons tous besoin dans la réussite de notre action ».

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.