“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Béatrice Fresko-Rolfo, tête de liste surprise

Mis à jour le 13/09/2017 à 05:04 Publié le 13/09/2017 à 05:04
Béatrice Fresko-Rolfo, hier après-midi sur la place d'Armes. Une première dans ses habits de chef de file d'Horizon Monaco.

Béatrice Fresko-Rolfo, hier après-midi sur la place d'Armes. Une première dans ses habits de chef de file d'Horizon Monaco. Cyril Dodergny

Béatrice Fresko-Rolfo, tête de liste surprise

Monaco Élue depuis 2013, c'est elle qui sera le leader d'Horizon Monaco pour les élections nationales de 2018. Un choix inattendu annoncé hier, qui induit le retrait de Laurent Nouvion

Ce sera elle. Annonce surprise hier matin sur la page Facebook d'Horizon Monaco : Béatrice Fresko-Rolfo est officiellement la tête de liste du groupe politique pour les élections nationales en février 2018. L'incarnation d'une « nouvelle génération politique », plaide le groupe HM.

En effet, cette candidature surprise joue la carte de la modernité. Dans la forme car annoncée sur les réseaux sociaux, une première dans l'histoire de la politique monégasque. Et dans le fond, car le fait de voir une femme prendre le leadership d'une liste pour les élections nationales demeure aussi inédit dans le pays.

« J'ai prouvé que je tenais la route »

« Les Monégasques sont prêts à ce changement », répond la principale intéressée, qui ne veut y voir ni une force, ni une faiblesse. « Je ne pense pas avoir été choisie par ma famille politique parce que je suis femme. Mais plutôt parce que je suis une élue qui connaît ses dossiers. J'ai prouvé que je tenais la route, avec une autre manière de faire de la politique, d'amener autre chose. J'ai été au cours de cette mandature à la fois dans la majorité et dans la minorité, c'est extrêmement formateur. Ma candidature est naturelle. » Et elle a décidé de sortir du bois, « par clarté », à l'aune des séances publiques du budget rectificatif.

Nourrie dès le berceau au RPM, membre fondateur de Rassemblement & Enjeux, élue en 2013 après une première tentative en 2008, Béatrice Fresko-Rolfo, 48 ans, a notamment présidé la commission des droits de la femme et de la famille pendant trois ans.

Son enthousiasme pour porter la liste HM devant les électeurs est venu après « plusieurs mois de discussions entre les élus », confie-t-elle. Une alternative à la candidature de Laurent Nouvion que certains observateurs jugeaient mal engagée.

Liste prête à 80 %

Béatrice Fresko, elle, est consciente du « capital sympathie » dont elle bénéficie dans le pays. « Ce n'est pas pour autant que je veux l'instrumentaliser pour faire de la politique. J'aime le contact humain, aller à la rencontre de mes compatriotes. C'est dans ma nature. Je suis tous les dimanches sur la place d'Armes pour prendre mon café avec mon mari. Ce n'est pas pour la campagne, cela fait simplement partie de mon style de vie. »

Administrateur de société, elle est aussi engagée dans un grand nombre d'associations du pays (l'Œuvre de Sœur Marie, la Fédération monégasque de gymnastique notamment). Et vice-présidente de l'Union des Femmes monégasques et du Femina Sports.

Une frange sociale et sportive qu'on imagine servir son programme d'actions pour la Principauté. Sur le fond, hier après-midi, la nouvelle candidate avait choisi de pas trop en dévoiler. Voire pas du tout. Son programme ? Ses colistiers ? « J'attendrai la réunion du comité politique de R & E dont je prendrai la présidence le 19 octobre pour faire connaître les grandes lignes. Nous sommes une équipe, je laisserai chacun exposer ses idées pour une campagne collégiale, que j'espère digne des Monégasques. »

Pour l'heure, la liste des candidats serait prête à 80 %. Quid de Laurent Nouvion ? Et des élus HM en marche pour une nouvelle campagne ? Mystère… Ils lui apportent tous leur soutien dans sa déclaration de candidature. Et la chef de file avance déjà sa volonté d'une campagne mesurée avec une petite équipe « en utilisant les réseaux sociaux pour atteindre les Monégasques, ne pas dépenser sans compter et faire preuve de transparence ».

Sur ce point, elle rejoint son seul adversaire à ce jour déclaré en juillet dernier, Jean-Louis Grinda : « Il a sa légitimité mais j'attends de voir son programme », juge-t-elle.

Alors que l'échiquier politique se dessine peu à peu avec dans son viseur l'élection nationale, c'est ce que le pays semble attendre maintenant. Des idées !

« Béatrice, élue loyale et engagée, saura faire l'unité autour d'elle. Cette candidature est dans l'ordre des choses. Le temps est venu pour qu'une femme courageuse, expérimentée et pondérée, comme elle, prenne la tête de l'institution Conseil national. » Les mots sont ceux de Laurent Nouvion, dans le communiqué annonçant la candidature de Béatrice Fresko-Rolfo. Une candidature qui induit que l'ex-président du Conseil national, évincé de son fauteuil en 2016, renonce finalement à l'éventualité de retrouver son poste en briguant un nouveau mandat.

En avril dernier, dans les colonnes de Monaco-Matin, il disait : « Je serai candidat si je considère que les conditions sont réunies. Je ne serai pas candidat pour faire de la figuration, par esprit revanchard ou pour faire barrage à qui que ce soit. Si je suis candidat, ce sera pour porter un programme. J'ai d'autres choses à dire, à proposer. »

Resté muet hier, Laurent Nouvion apporte tout de même un soutien franc à son ancienne colistière. Le renoncement au leadership ne dit pas, pour autant, s'il sera présent ou non sur la liste HM, aux côtés de Béatrice Fresko-Rolfo. « Les gens ont toujours dit qu'il était viscéralement attaché à son siège. Il a montré que ce n'était pas le cas », répond-elle, ne donnant pas d'indication quant à la présence ou non de Laurent Nouvion sur sa liste. Mais assurant son soutien dans cette campagne et qu'entre elle et lui, le travail se poursuit. Comment s'est passé le passage de flambeau ? « Nous travaillons ensemble. Il n'y a pas un passage de flambeau à proprement dit. Il s'agit d'œuvrer avec une autre méthode, à laquelle je vais mettre ma petite touche. »


La suite du direct