Rubriques




Se connecter à

Béatrice Ardisson, faiseuse d'ambiance

Elle n'est ni designer, ni décoratrice, ni fleuriste.

CEDRIC VERANY Publié le 25/06/2016 à 05:06, mis à jour le 25/06/2016 à 05:06
Depuis 2004, Béatrice Ardisson collabore avec l'hôtel Métropole, mettant en scène différentes ambiances musicales dans l'établissement.
Depuis 2004, Béatrice Ardisson collabore avec l'hôtel Métropole, mettant en scène différentes ambiances musicales dans l'établissement. Cyril Dodergny

Elle n'est ni designer, ni décoratrice, ni fleuriste. Mais elle sait mettre l'ambiance. Son credo ? La musique. Une musique qu'elle met en scène, qu'elle diffuse et qu'elle adapte aux atmosphères. Depuis 2004, Béatrice Ardisson est en charge de l'habillage musical de l'hôtel Métropole. Du lobby au restaurant en passant par la piscine du palace, tout ce qui tombe dans les oreilles des clients est sous son contrôle.

« Je travaille pour beaucoup d'endroits et d'établissements. Au Métropole, j'ai toujours voulu apporter une touche différente. Mon idée de départ est une ambiance Riviera chic, cosmopolite. Un peu aussi comme une maison de famille, élégante. Car le Métropole est un palace humain, où l'on se sent comme à la maison », confie-t-elle au cours d'une rencontre dans les canapés moelleux du lobby de l'hôtel, alors qu'une douce musique d'ambiance est diffusée.

Le souci de la technique

 

« Où que je sois dans le monde, il me suffit d'être connectée pour pouvoir agir sur l'ambiance d'un endroit. » Car la musicienne est aussi fine technicienne. « En musique, la technique compte pour 50 % de la réussite d'une ambiance. À la piscine par exemple, nous avons un son très doux. Alors qu'il est plus aérien dans le restaurant Yoshi. »

Chacune des enceintes de l'hôtel est reliée à un système de diffusion que Béatrice Ardisson a breveté. Une « petite boîte rouge » réservée pour l'instant à un usage professionnel, qui permet en cinq minutes d'interagir sur l'ambiance d'un endroit. Une nouveauté, déjà mise en place au Métropole, qu'elle espère pouvoir développer, « pourquoi pas dans des maisons de retraite ou des hôpitaux, c'est important. C'est mon rêve de pouvoir faire entrer la musique de cette façon dans ces espaces ».

En attendant, elle vient de travailler sur la thématique estivale du palace qui sera « exo-chic ». Un choix qui ravit la DJ . «Je vais pouvoir mettre de la musique brésilienne ou africaine, ça m'amuse beaucoup. »

Son premier habillage musical, c'est pour l'émission Paris Dernière qu'elle l'a imaginé dans les années 90. Deux décennies plus tard, sa façon de produire n'a pas changé : « Je sélectionne, je fais des thématiques, je fais à ma façon. » Parfois des commandes à des artistes, comme la musique d'attente du standard du Métropole. Parfois selon ses humeurs, « et généralement, quand j'anime une soirée, je joue ce qui me plaît ».

 

À Monaco, pour l'ouverture de L'Odyssey, elle a partagé les platines avec son fils Gaston, 20 ans, qui officie parfois à ses côtés. Une parenthèse avant de nouveaux projets, notamment un nouveau disque dans quelques mois.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.