“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Be Safe : l'engagement contre l'alcool au volant

Mis à jour le 13/11/2018 à 05:06 Publié le 13/11/2018 à 05:06
Andréa Puzar, Margaux Grundstein, Camille Gottlieb, Laura Dias et Charlotte Marsan autour de la princesse Stéphanie venue soutenir, samedi soir, l'association présidée par sa fille cadette.

Andréa Puzar, Margaux Grundstein, Camille Gottlieb, Laura Dias et Charlotte Marsan autour de la princesse Stéphanie venue soutenir, samedi soir, l'association présidée par sa fille cadette. Frédéric Nebinger

Be Safe : l'engagement contre l'alcool au volant

L'association présidée par Camille Gottlieb entend développer la prévention auprès de jeunes en Principauté. Et proposer des solutions pour rentrer en sécurité chez soi après une soirée

Leur slogan : stay is the limit. Leur moyen : une énergie communicative portée à la boutonnière. Elles sont cinq et elles ont créé l'association « Be Safe Monaco » qui se positionne pour faire de la prévention et éviter que les jeunes prennent le volant après avoir consommé de l'alcool.

Un projet d'utilité publique qui s'est noué après un drame. Celui de la mort dans un accident de la route après une soirée d'un de leur ami au cours de l'été 2 017. « Après cette épreuve, nous avons décidé de nous rassembler pour agir en se disant que ce n'était pas possible, il fallait faire quelque chose » poursuit Camille Gottlieb.

La fille cadette de la princesse Stéphanie, qui a fêté ses 20 ans en juillet dernier, a pris la présidence de cette association composée avec ses amies. Une team 100 % féminine : Charlotte Marsan, Margaux Grundstein, Andréa Puzar et Laura Dias. Toutes du même âge. Et toutes préoccupées par les mêmes questions.

Des jeunes qui parlent aux jeunes

Après plusieurs mois de démarches administratives pour créer leur association, l'heure est à l'action pour prévenir et sensibiliser sur la consommation d'alcool quand on prend le volant.

« On s'est dit pour faire changer les choses, qu'il fallait que ce soit les jeunes qui s'adressent directement aux jeunes » commente Andréa Puzar. « La prévention, on l'a tous eue, mais ça rentre par une oreille, ça sort par l'autre, alors que se sensibiliser entre jeunes, c'est une autre dimension » continue Camille Gottlieb. « Un accident de la route après avoir consommé de l'alcool est un fléau qui peut toucher n'importe quel jeune, n'importe quel parent. En une fraction de seconde, la vie chavire ».

Pour le lancement de l'association, les cinq jeunes femmes comptaient d'ailleurs sur la présence de leurs parents pour soutenir leur projet. Dont la princesse Stéphanie, venue saluer l'engagement de sa cadette.

Aujourd'hui, l'association « Be Safe » imagine développer un service de navettes pour ramener après une soirée, les jeunes chez eux dans différents quartiers de la Principauté. « L'idéal serait que dans une bande d'amis, quelqu'un ne boive pas pour ramener les autres ou que sinon tout le monde rentre à pied. À Monaco, on sait que les jeunes n'ont pas forcément envie de payer 15 euros pour un taxi ou attendre longtemps un bus de nuit. On aimerait faire bouger les choses » assure la jeune présidente.

Une des idées qui germe dans l'association serait aussi d'instituer un partenariat avec les établissements de nuit, où l'on pourrait payer un forfait incluant sa consommation et un moyen de transport pour rentrer chez soi. Pour l'heure, lors de la soirée de lancement, les filles de « Be Safe » ont rodé leur projet de navette en proposant aux invités deux vans gratuits pour être raccompagnés dans les différents quartiers de la Principauté.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct