Rubriques




Se connecter à

Barbier récompensé par le Prix Sacha-Guitry

Les 9es Nuits Sacha-Guitry se sont terminées avec une pièce non pas de Guitry mais par un « seul en scène » de celui qu'on voit plus souvent comme un journaliste politique et un chroniqueur qu'un acteur : Christophe Barbier.

Marechal Olivier-Vincent Publié le 21/05/2018 à 05:15, mis à jour le 21/05/2018 à 05:15
O.V.M.

Les 9es Nuits Sacha-Guitry se sont terminées avec une pièce non pas de Guitry mais par un « seul en scène » de celui qu'on voit plus souvent comme un journaliste politique et un chroniqueur qu'un acteur : Christophe Barbier. C'est l'acteur, bien sûr, qui était sur scène pour clore ces « Nuits Guitry », et c'est une prestation époustouflante qu'il a offerte à un public cap-d'aillois conquis.

Un spectacle qui demandait un niveau de concentration rare et allait réveiller une culture riche et variée, tant au niveau historique que de celui de la littérature et du théâtre. Du théâtre en deux parties, où Barbier a tout d'abord détaillé par le menu l'acteur et tout ce qu'il peut vivre, du maquillage au rappel. En seconde partie, la culture a pris pied sur scène et une salle des Terrasses comble a contemplé avec un bonheur non dissimulé une mise en perspective du théâtre, de la politique et de la religion, de l'Antiquité à nos jours.

 

Un grand moment de communion entre Christophe Barbier, l'acteur et le public cap-d'aillois pour une soirée où l'alchimie impalpable qui fait le succès d'une soirée était là. Et bien là. Au terme de la représentation, il a reçu des mains de Xavier Delmas, adjoint à la culture, le Prix Sacha-Guitry récompensant l'excellence de sa pièce et « l'esprit Guitry » qu'on y retrouve.

Retour de Guitry à Cap-d'Ail dans un an. Une 10e édition qui promet son lot de surprises et de moments mémorables.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.