Rubriques




Se connecter à

"Aventure humaine", "enrichissant",... Six jeunes monégasques embauchés pour l'Exposition universelle à Dubaï se confient

Étudiants et jeunes actifs de Monaco sont embauchés sur l’Exposition universelle jusqu’au 31 mars prochain. Une aventure humaine et professionnelle qu’ils racontent.

Joelle Deviras Publié le 15/11/2021 à 05:04, mis à jour le 15/11/2021 à 14:17
58 jeunes ont été embauchés pour faire vivre le pavillon monégasque à l'Exposition universelle de Dubaï. Photo Monaco Inter Expo et DR

Un vent circule sur le pavillon de Monaco de l’Expo 2020 de Dubaï. La fraîcheur de ce souffle d’air, c’est une jeunesse vive, souriante, curieuse et virevoltante pour guider les visiteurs du monde entier. Cinquante-huit jeunes gens ont déjà accueilli plus de 230.000 personnes en six semaines (230 000 visiteurs depuis le 1er octobre dernier et non 23.000 comme écrit à tort dans notre édition d’hier., ndlr).

Pour les étudiants de Monaco et des communes limitrophes, mais aussi pour ceux qui démarrent dans la vie active, c’est une expérience unique. Ils travaillent cinq jours par semaine, à raison de huit heures par jour, perçoivent un vrai salaire et sont logés sur place.

Rencontre avec six jeunes au pavillon monégasque.

 

Lisa-Lou Giusti: "On apprend beaucoup plus qu’en cours"

"Nous vivons ici une aventure humaine" Photo DR.

A 19 ans, cette jeune Monégasque rentre en troisième année à l’EDHEC de Lille. Son expérience à Dubaï est prise en compte dans le cadre de ses études où un stage est obligatoire.

"Nous vivons ici une aventure humaine, explique Lisa-Lou Giusti. Nous devons apprendre à vivre ensemble, nuit et jour. Ce n’est pas toujours facile. Il faut travailler tous au même endroit et partager un appartement à deux ou trois. Mais nous nous entendons tous bien. Sur le terrain, on apprend beaucoup plus qu’en cours. Tous les jours, nous rencontrons des gens du monde entier. Nous parlons anglais et sommes amenés à côtoyer différentes cultures. C’est très enrichissant."

Apolline de Juglart: "Nous avons une salle de sport et une piscine"

"Nous rencontrons énormément de gens, non seulement des visiteurs mais aussi des jeunes qui travaillent, comme nous, sur les pavillons de leur pays" Photo DR.

À 24 ans, la Monégasque travaille à Paris dans le prolongement de ses études à l’université de Paris Descartes où elle a suivi une formation dans le marketing digital et la communication. Au pavillon de Monaco, elle est en charge des réseaux sociaux avec Lisa-Lou.

"Nous avons été très bien pris en charge dès le début. Nous rencontrons énormément de gens, non seulement des visiteurs mais aussi des jeunes qui travaillent, comme nous, sur les pavillons de leur pays. Nous sommes logés à cinq minutes à pied dans des résidences appelées Expo village. Dans notre immeuble, toutes les nationalités sont présentes. Les appartements sont très bien. Nous avons une salle de sport et une piscine. C’est hyper safe."

L’expo six mois, n’est-ce pas un peu le vase clos? "Nous bougeons entre amis durant nos deux jours de repos et visitons la région. Et même sur place, nous ne restons pas entre Monégasques. Nous faisons d’autres rencontres."

Arnaud Baldoni: "Très étranger à notre culture"

"C’est une expérience enrichissante et l’ambiance est bonne. Photo DR.

Monégasque de 24 ans, Arnaud guide les visiteurs à l’intérieur du pavillon. Entre la maquette de l’extension en mer Mareterra et l’exposition de la Voxan, la moto électrique la plus rapide du monde, on le croise sur un stand qui explique les boucles thermiques et la transition énergétique.

Lui a fait du marketing digital et de la communication à l’IPAG à Nice. "Je n’étais pas parti à l’étranger dans le cadre de mes études. Je ne suis pas particulièrement intéressé par Dubaï qui est très étranger à ma culture. Mais c’est une expérience enrichissante et l’ambiance est bonne. À notre arrivée, nous avons déambulé dans les immenses centres commerciaux de la ville. Régulièrement, on sort au restaurant entre amis en prenant un taxi ou le métro. Sur le pavillon, c’est chouette de représenter Monaco. Nous sommes fiers et conscients d’avoir beaucoup de chance. L’ambiance est bonne. On s’entend tous bien. Albert Croesi est toujours à l’écoute."

 

Charles Rose: "La jeunesse a du talent"

"On passe notre vie à nous faire des amis." Photo DR.

Monégasque âgé de 19 ans, Charles Rose devra quitter Dubaï le 15 février pour reprendre des études en Australie. "J’étudie la finance et la comptabilité à l’université de Melbourne. Je commencerai l’année universitaire plus tard. Mais disons que c’est possible dans le prolongement de la crise de la Covid."

Sur le pavillon, Charles Rose semble être partout. Il aime "les rencontres", mais s’est attaché aussi à "visiter les pavillons étrangers" où il rencontre d’autres jeunes, comme lui, ambassadeurs de leur pays. "On passe notre vie à nous faire des amis."

Mais étonnamment, Dubaï permet aussi à Charles "de découvrir la communauté monégasque. On voit que la jeunesse a du talent."

William Hamart: "Le café gratuit pour tous le matin"

"Sur le pavillon, c’est Albert Croesi notre guide. Il est franc et direct. C’est un meneur d’hommes." Photo DR.

William est Français et a 27 ans.

"Je suis un des plus âgés des plus jeunes." Il n’est pas à Dubaï pour répondre à l’exigence d’une école de formation supérieure.

"J’ai travaillé au Café de Paris et au Fairmont à Monaco. Aujourd’hui je suis au Café de Paris… à Dubaï. J’aime les voyages et la vie de saisonnier à l’étranger. Représenter Monaco, c’est très enrichissant. Le monde entier se croise ici et permet de côtoyer toutes les cultures. Sur le pavillon, c’est Albert Croesi notre guide. Il est franc et direct. C’est un meneur d’hommes."

Et tout semble se passer dans une ambiance des plus conviviales. "Tous les matins, nous faisons pour tous le café gratuit entre 9h30 et 10h30 pour toutes les personnes qui travaillent sur le site. Résultat : nous avons des jeunes venus de Colombie, du Honduras, d’Ukraine, du Luxembourg, de Hongrie,... C’est excellent pour se faire des amis!"

 

Anaïs Bellotto: "On est comme une famille"

Pour son expérience à Dubaï, Anaïs donnerait bien volontiers "11/10" Photo DR.

Anaïs est Française et a 24 ans. Elle a une formation dans l’hôtellerie et la restauration. Cette expérience à Dubaï, elle l’attendait avec impatience. Et elle n’est visiblement pas déçue! D’ailleurs, quand on lui demande quelle note, de 1 à 10, elle donnerait à son expérience dubaïote, elle rétorque aussitôt: "11!"

Tout semble convenir parfaitement à Anaïs: "On est comme une famille ici autour d’Albert Croesi qui nous parle individuellement quand il faut. Il a toujours le bon mot pour commencer la journée. Sur le plan professionnel, l’expérience est fabuleuse quand nous organisons des réceptions."

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.