“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

80 personnes ont nettoyé les plages mentonnaises ce dimanche avant de s'attaquer...

Menton met en vente cette villa emblématique du bord de mer

La gare de Beaulieu avant sa constitution en commune en 1891.

Beaulieu se souvient...

Au plus fort de la fréquentation touristique, cet été place du Casino, la modification des axes de circulation avait créé quelques remous.

Piétonnisation de la place du Casino : c'est fini !

Christophe Viret aux côtés du maire, André Ipert et de la conseillère régionale, Laurence Boetti-Forestier.

Le directeur du parc du Mercantour en visite à Breil

Aveline Carmoi : en quête de Mon côté sauvage

Mis à jour le 11/08/2018 à 05:11 Publié le 11/08/2018 à 05:11
Aveline Carmoi poste régulièrement des vidéos mettant en scène des producteurs de plantes du secteur. Support de communication pour sa future boutique en ligne.

Aveline Carmoi poste régulièrement des vidéos mettant en scène des producteurs de plantes du secteur. Support de communication pour sa future boutique en ligne. Rémy Masseglia

Aveline Carmoi : en quête de Mon côté sauvage

Ex-Parisienne, la jeune femme s'est installée à Breil-sur-Roya pour confectionner des tisanes. Elle réalise des vidéos de producteurs de plantes afin de promouvoir sa future boutique en ligne

En admettant qu'à chaque prénom correspond une destinée, Aveline était vouée à se tourner vers le milieu agricole, sinon botanique. Les sages vous le diraient : on porte rarement le nom d'une noisette par hasard…

Et de fait, après une première carrière en tant que technicienne du son à Radio France, Aveline Carmoi s'est installée dans la Roya dans un but précis : créer des tisanes à base de plantes cueillies en pleine nature. En vue de les commercialiser. Et de retrouver, dit-elle, son côté sauvage. Un trait de caractère enfoui que la jeune néorurale s'attelle, depuis, à transformer en marque.

Les internautes amateurs de plantes connaissent déjà la page Facebook et la chaîne Youtube « Mon côté sauvage » pour les vidéos qu'Aveline poste régulièrement. Sont déjà sortis seize micro-documentaires (de moins de dix minutes) dans lesquels elle présente le travail des producteurs de plantes...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct