“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Avec ce film, je sors (encore!) des cases

Mis à jour le 12/06/2019 à 10:24 Publié le 12/06/2019 à 10:24
Antoine de Maximy a visité plus de 110 pays, dont 60 avec son  émission phare.

Antoine de Maximy a visité plus de 110 pays, dont 60 avec son émission phare. Jean-François Ottonello

Avec ce film, je sors (encore!) des cases

Sa chemise rouge vif est aussi célèbre que le bonnet du commandant Cousteau ou l’écharpe de l’éditorialiste Christophe Barbier.

Sa chemise rouge vif est aussi célèbre que le bonnet du commandant Cousteau ou l’écharpe de l’éditorialiste Christophe Barbier. Antoine de Maximy a traîné ce signe distinctif et ses deux caméras dans plus de soixante pays avec la série de documentaires J’irai dormir chez vous. Toujours dans l’improvisation la plus totale.

Depuis 2004, ce globe-trotter - globe-squatteur serait-on tenté de dire - régale les téléspectateurs avec ses rencontres lunaires à l’autre bout du monde. Snobé aux débuts du concept, le baroudeur de 60 ans, vrai bûcheur à l’air ingénu et à la bonhomie légendaire - ce qui lui a permis de s’extirper de quelques mauvais pas - se lance désormais dans un tour de France (et de Monaco !) pour promouvoir son nouveau projet de film : J’irai mourir dans les Carpates. De la pure fiction, rassurez-vous. Mais un clin d’œil à ces rares fois où le pire aurait pu arriver. Hier à la Médiathèque de Monaco, il rencontrait ses admirateurs qui, via un financement participatif, peuvent mettre la main à la poche pour concrétiser un projet, là encore dédaigné par la profession. Rencontre.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.