“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Autisme : aider les malades mais aussi leurs familles

Mis à jour le 25/04/2019 à 10:17 Publié le 25/04/2019 à 10:17

Autisme : aider les malades mais aussi leurs familles

Le gala de Monaco Disease Power a rassemblé quelque trois cents amis et donateurs au Yacht-club mardi. Une très jolie soirée remplie d’émotions

Elles s’appellent Carole, Amel, Rita, Lurdes, Sophie, Rachel, Alina. » Ces prénoms prononcés par Muriel Natali-Laure, devant quelque trois cents convives et personnalités de la Principauté, sont ceux de femmes que personne ou presque ne connaît. Ce sont ceux de mamans d’enfants autistes. Elles sont venues de Monaco ou des communes voisines, invitées par la présidente de Monaco Disease Power, à l’occasion du gala annuel de l’association mardi soir dans la ballroom du Yacht-club de Monaco. Elles ne sont pas malades ; mais l’autisme est aussi leur vie, chaque seconde de leur existence depuis qu’un médecin a mis un nom sur les troubles de la communication de leur fils ou de leur fille, troubles souvent associés de retards mentaux.

Avec Amélie

Muriel Natali-Laure, qui sait pouvoir compter sur le soutien de son pays pour l’aider à prendre en charge sa fille Amélie aujourd’hui âgée de 27 ans, a voulu rendre hommage à ces femmes discrètes, courageuses et qui doivent souvent faire face à des montagnes de difficultés pour continuer d’élever dignement leur enfant. Des héroïnes du quotidien qui ont croisé, le temps d’une très jolie soirée, des donateurs, des médecins ou des décideurs politiques tous unis pour aider au mieux, autant que faire se peut. Car « plus on avance dans la recherche, plus la maladie s’avère complexe », souligne le docteur Christian Richelme, neuropédiatre à l’hôpital Lenval, qui a très longtemps veillé sur Amélie. Une situation qui est difficile à admettre, considérant de surcroît qu’ « il y a de plus en plus d’enfants qui ont des troubles du spectre autistique aujourd’hui. »

Monaco Disease Power a su conjuguer, sans frou-frou ni chichi, la gravité de la cause défendue et la légèreté d’une jolie soirée de fête. Un message du prince Albert II a été retransmis, les actions de Monaco Disease Power ont été montrées, une tombola a été tirée, un sketch du jeune Bill François a été produit... Autour de Pierre Casiraghi, vice-président du Yacht-club et représentant le prince Albert II, Bernard d’Alessandri, secrétaire général du Yacht-club, Stéphane Valeri, président du Conseil national ou encore Didier Gamerdinger, conseiller de gouvernement pour les Affaires sociales et la Santé, et son épouse, ainsi que nombreuses personnalités monégasques, les malades étaient là, eux aussi, avec leur « différence », pour reprendre le mot qu’utilisent Muriel Natali-Laure et le docteur Christian Richelme.

Le groupe de musiciens autistes Percujam a donné un concert exceptionnel. Preuve que la « différence », c’est parfois le meilleur à qui sait le comprendre.

Le docteur Christian Richelme, neuropédiatre.
Amélie et son éducatrice Célia, ont assisté à une grande partie de la soirée organisée dans la ballroom du Yacht-club.
Amélie et son éducatrice Célia, ont assisté à une grande partie de la soirée organisée dans la ballroom du Yacht-club. J.D.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.