“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Au large de Monaco, la photo se vit en plongée

Mis à jour le 11/09/2016 à 05:00 Publié le 11/09/2016 à 05:00
Hier midi, un bateau de participants arrive au port de Fontvieille, entre deux demi-journées de prises de vue.

Hier midi, un bateau de participants arrive au port de Fontvieille, entre deux demi-journées de prises de vue. N.H.-F.

Au large de Monaco, la photo se vit en plongée

Au pied du Rocher, un long semi-rigide bleu glisse sur l'eau.

Au pied du Rocher, un long semi-rigide bleu glisse sur l'eau. Direction le port de Fontvieille. Beaucoup de ceux qui regagnent la terre ferme tiennent, dans leur main, des appareils photos. Les objets sont enserrés dans des boîtiers translucides, histoire de pouvoir les utiliser sous l'eau. Après une matinée de plongée, les participants du 13e concours de photographie sous-marine organisé par le Club d'exploration sous-marine de Monaco (CESMM) accostent. Avant de repartir. Toute la journée d'hier, ils ont capturé, avec leurs objectifs, les fonds sous-marins au large de Monaco. C'est le principe de cette compétition : « Promouvoir la plongée et montrer l'écosystème sous-marin qu'il y a aux abords de Monaco », explique Pascal Parry, vice-président du CESMM et co-organisateur du concours.

Les trente participants travaillent en binôme. L'un photographie, l'autre fait office d'éclaireur, surveille les fonds marins, à l'affût d'une bonne photo potentielle… Chez « Chouchou et Loulou », Sébastien Ameeuw photographie. Le couple venu des Bouches-du-Rhône participe pour la deuxième année. Delphine et lui viennent pour apprendre, pour la « sympathique ambiance » ou « l'aspect convivial ».

Préservation de l'environnement

Pour eux, la photo sous-marine est une manière de partager ce qu'ils voient sous l'eau, et aussi de montrer la « biodiversité » sous-marine, explique Delphine, en train de profiter de la pause pour recharger les batteries de l'appareil.

A côté d'eux, il y a Stéphane Regnier, le vice-champion du monde de photo sous-marine en 2015. C'est son quatrième concours à Monaco, il en a déjà gagné deux. Participer, c'est « une manière de partager, une façon de sublimer les fonds marins, dit-il. J'aimerais que les gens prennent conscience de ce qu'il y a sous l'eau ». Histoire qu'ils soient davantage sensibilisés à la protection de la mer.

Après la journée de plongée au Cap-Estel et devant le musée Océanographique, les participants ont choisi leurs photos - sans retouche ni recadrage - et les ont transmises à un jury de professionnels. Les quinze binômes soumettent quatre images : deux d'ambiance, une « macro », très serrée, et une de poisson. Le verdict doit tomber aujourd'hui.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.