“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Au CHPG, une année préparatoire

Mis à jour le 28/12/2018 à 05:07 Publié le 28/12/2018 à 05:07
Au cours de l'année, la circulation de la partie basse de l'avenue Pasteur sera basculée dans le nouvel ouvrage d'art en cours de finition.

Au CHPG, une année préparatoire

C'est probablement l'un des chantiers les plus complexes de la Principauté.

C'est probablement l'un des chantiers les plus complexes de la Principauté. La construction du futur Centre hospitalier Princesse Grace, sur le site de l'actuel hôpital, avec le principe d'opération-tiroir pour plusieurs bâtiments est un casse-tête technique.

De l'extérieur, l'année 2 019 sera une année de transition pour entrer dans le gros œuvre. Côté voirie, au deuxième trimestre 2019, la circulation de la partie basse de l'avenue Pasteur sera basculée dans le nouvel ouvrage d'art réalisé sur cet axe pour libérer la chaussée.

Les travaux de l'ouvrage d'art se poursuivront en partie supérieure ; le basculement de l'avenue Pasteur dans la partie haute de l'ouvrage d'art n'étant prévu qu'au 2e trimestre 2 020.

Toujours concernant la circulation, les rampes du futur parking - qui doit contenir quelque 650 emplacements de stationnement - seront réalisées à 90 % d'ici à la fin de l'année 2 019.

C'est à cette période que seront lancés en parallèle, les appels d'offres pour la construction des deux premières ailes du nouveau CHPG.

Les travaux de cette nouvelle phase démarreront en mars 2021. Pour une livraison espérée de l'ensemble à l'horizon 2 028.

À cette date, le futur hôpital de la Principauté devrait compter 394 lits repartis sur treize niveaux.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct