Rubriques




Se connecter à

Après plusieurs années d'expérimentation, les premiers bus 100% électriques bientôt mis en service à Monaco

Après plusieurs années d’expérimentation, la Principauté vient d’investir dans ses premiers autobus 100% électriques. Les véhicules ont été présentés au Prince avant leur mise en circulation.

CEDRIC VERANY Publié le 30/03/2022 à 14:05, mis à jour le 30/03/2022 à 14:07
Les bus bardés de rouge seront en service dès lundi prochain. Photo Jean-François Ottonello

Après moult essais ces dernières années pour prendre le train de la mobilité douce dans le pays, la compagnie des autobus de Monaco (CAM) vient d’agrandir son parc avec quatre nouveaux véhicules 100% électriques qui seront mis en service, dès le 4 avril, sur le parcours de la ligne 3. Avant de sillonner Monaco, ces autobus zéro émission ont été présentés sur le Rocher au prince Albert II qui en a été le premier passager, lundi matin.

Un projet à 30 millions d’euros

Mêlant les teintes crème et rouge, les véhicules fabriqués en France ont une durée de vie d’une quinzaine d’années, avec une maintenance des batteries qui sera opérée d’ici sept à huit ans.

"C’est une technologie qui a avancé très vite, nous avons fait des expérimentations. Certaines pas concluantes, car la topographie de Monaco compte beaucoup de montées, il faut que les bus tiennent la cadence et on ne peut pas les recharger en pleine journée. Mais ce modèle de bus a franchi les étapes", résume Céline Caron-Dagioni, conseiller de gouvernement-ministre de l’Équipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme.

Objectif à l’horizon 2025: transformer l’ensemble du parc d’autobus en circulation en modèle 100% électrique. Et à l’horizon 2030, le parc hybride de la CAM lui aussi passera au 100% électrique.

 

Un projet sur huit ans, chiffré à 30 millions d’euros. Dans le sillage, avec le soutien du Fonds Vert, le CHPG a lui aussi pu s’équiper de trois navettes 100% électriques.

Pour les usagers de la CAM, à court terme, le changement se verra à bord des autobus de la ligne 3. Les navettes sont plus confortables, plus spacieuses (60 places au lieu de 50) et comptent quelques gadgets à bord dont des prises USB pour les passagers, et quatre caméras latérales qui remplacent les rétroviseurs pour le chauffeur.

Autre point positif: la cadence sur la ligne 3 entre deux passages sera elle aussi réduite à 15 minutes au lieu de 20. Ce premier déploiement d’autobus 100% électriques visera à l’automne les véhicules circulant sur la ligne 5. Passant ainsi à dix la flotte 100% électrique en Principauté.

En coulisses, il est nécessaire d’adapter l’entrepôt de la CAM pour le faire basculer vers cette nouvelle source d’alimentation. "Pour recharger un bus électrique, des équipements spécifiques sont nécessaires", déroule Roland de Rechniewski, directeur d’exploitation de la Compagnie des Autobus de Monaco.

Dans le dépôt de Fontvieille, deux transformateurs de 20.000 volts ont été installés pour recharger l’ensemble du parc. En termes de capacité, la batterie d’un autobus correspond à trois batteries d’une Tesla. "Et nous avons fait le choix d’un chargement intelligent la nuit, et pas trop rapide pour équilibrer les charges en fonction du besoin, de manière à faire durer les batteries le plus longtemps possible".

 

Une réflexion est aussi en cours pour envisager des points de recharge à certains arrêts de bus, quand la flotte 100% électrique se fera plus nombreuse. Pour l’heure, d’abord la ligne 3 ensuite la ligne 5 en 2022. La CAM n’a ensuite pas déterminé quelle sera la troisième ligne à basculer vers le zéro émission.

Le parc de la CAM

22 autobus hybrides.
23 autobus fonctionnant au diester, un biocarburant qui permet de réduire de 23 % les émissions fossiles.
10 autobus 100% électriques qui vont entrer progressivement en service. Coût à l’unité entre 450.000 et 550.000 euros hors taxe, selon la taille.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.