“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Après l’effondrement d’un pont près de Toulouse: il y a urgence pour vingt ponts de la Côte d'Azur

Mis à jour le 20/11/2019 à 08:18 Publié le 20/11/2019 à 06:45
Tous les ponts de la Métropole font l’objet d’un contrôle annuel. Comme ici, en août 2018, celui dit des Baraques, à proximité de Nice.

Tous les ponts de la Métropole font l’objet d’un contrôle annuel. Comme ici, en août 2018, celui dit des Baraques, à proximité de Nice. archives N-M

Après l’effondrement d’un pont près de Toulouse: il y a urgence pour vingt ponts de la Côte d'Azur

Après l’effondrement d’un pont suspendu près de Toulouse, coup de projecteur sur l’état des ouvrages d’art dans les Alpes-Maritimes. Sur plus de 2.200 ponts, 20 nécessitent des travaux en urgence

L’état et l’entretien des ponts dans les Alpes-Maritimes ? Un casse-tête, un gouffre. Un casse-tête en raison de leur nombre : on en recense 1 300 à la charge de la Métropole Nice Côte d’Azur et 918 sous la responsabilité du Conseil départemental. Un gouffre sur le plan de la maintenance : compter de 5 à 7 millions d’euros par an, rien que pour le Département. Les ouvrages les plus fragiles ou dégradés, classés « 3U », nécessitent des travaux en urgence.

Ce bilan chiffré : 20 ponts ont besoin de réparations dans les meilleurs délais, dont 8 relèvent de la Métropole Nice Côte d’Azur et 12 du Conseil départemental. Lequel en avait initialement ciblé 18, la collectivité ayant procédé cette année à la remise en état de 6 autres.

>> LIRE AUSSI. Après l’effondrement d’un pont près de Toulouse, la liste des ouvrages à surveiller sur la Côte d'Azur

"Aucun danger"

Aucun pont en service n’est dangereux, assure-t-on de part et d’autre. Mais des opérations ne peuvent attendre trop longtemps. On parle notamment de mouvements de maçonnerie à L’Escarène, Puget-Théniers ou Entraunes. Des fissures ont été décelées dans les arcs du pont de Daluis ou dans un mur de retour à Beausoleil...

Quand un risque sérieux est identifié, l’ouvrage est condamné. Comme le pont Rouge de Saint-Etienne-de-Tinée, en bois. On notera aussi que les ponts en béton précontraint de Salèse et du Boréon, après Saint-Martin-Vésubie, doivent être remplacés dans un proche avenir. Par ailleurs, le viaduc d’Èze, sur la Moyenne-Corniche, souffre d’une fissure sur le tympan. Une surveillance rapprochée est opérée, même si celui-ci n’est pas classé « 3U ».

1 300 ponts sur environ 2 500 km de routes, le tout disséminé sur le territoire des 49 communes de la Métropole. C’est évidemment une logistique énorme.

« Nous avons mis en place un plan de recensement, de surveillance et d’entretien calqué sur des instructions techniques provenant de l’État, à l’époque où la direction de l’Équipement gérait les routes », rappelle Marie-Hélène Lota-Vidonne, chef du service des infrastructures. Dans le détail, les ouvrages sont contrôlés chaque année, à quoi s’ajoute une visite périodique tous les trois ans. Pour les ponts impliquant de s’encorder ou de recourir à une nacelle, un rapport est réalisé tous les six ans.

Il n’existe, dans l’aire de la Métropole, aucun pont suspendu comparable à celui où le drame s’est produit lundi près de Toulouse. Seulement deux passerelles pour les piétons à Nice, l’une enjambant le Paillon, l’autre reliant les Moulins au Cadam.

En revanche, trois « toboggans » supposés provisoires sont en service depuis les années 70 à Nice. Deux à Lingostière, le troisième à la hauteur de la rue de l’Abbé-Grégoire, donnant sur la voie rapide. « Des viaducs métalliques démontables », selon la description de Mme Lota-Vidonne, qui évoque une inspection récente.

Tous les 2 km

Sous l’égide du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, 918 ponts s’égrènent sur un total de 1 700 km, soit un peu plus d’un ouvrage tous les 2 km. C’est colossal, même si la moitié du parc présente une longueur inférieure à 10 m.

On trouve ici deux ponts suspendus, mais d’une portée très inférieure à celui de Mirepoix-sur-Tarn.

« La configuration du réseau fait que les camions de gros tonnage ne peuvent pas circuler sur des ponts qui ne seraient pas adaptés », observe Marc Javal, le directeur général adjoint des services techniques du Département.

Difficile d’affirmer qu’aucun poids lourd n’emprunte jamais un pont fragilisé.

Des panneaux sont apposés, parfois assortis d’un sens alterné ne permettant pas à deux véhicules de se croiser.

Mais il en va des camions hors gabarit comme des conducteurs trop pressés : les uns respectent les panneaux et la limitation, les autres non.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.