“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Applaudissements, hymne national, musique... Jusqu’où peut aller la fête sur les balcons de Monaco ?

Mis à jour le 27/03/2020 à 10:32 Publié le 27/03/2020 à 10:30
Jake Raggio Music (label Dime On Music) chante tous les soirs pour les voisins boulevard Rainier-III.	(DR)

Jake Raggio Music (label Dime On Music) chante tous les soirs pour les voisins boulevard Rainier-III. (DR) DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Applaudissements, hymne national, musique... Jusqu’où peut aller la fête sur les balcons de Monaco ?

Après une plainte de voisinage, la police a dû intervenir chez une résidente qui poussait un peu trop les décibels entre 19 h et 20 h. L’occasion de faire le point sur ce que vous pouvez faire ou pas

Tout est une question de bon sens, et parfois de seuil de tolérance. Depuis le début de la période de confinement à Monaco, les balcons sont en fête chaque soir, entre 19 h et 20 h. Parfois un peu plus. Des moments de cohésion nationale où s’enchaînent l’hymne local et des salves d’applaudissements en hommage au personnel soignant tout comme en soutien au prince Albert II, atteint par le coronavirus.

Quelques minutes de partage et de communion qui, les jours passant, peuvent donner envie à certains de les prolonger… De pousser un peu le volume des enceintes pour diffuser quelques morceaux musicaux, voire de prendre le micro et chanter pour les voisins. D’autres ont même lancé l’idée sur les réseaux sociaux de soirées “discothèque”, soit un DJ improvisé sur un balcon et des fêtards sur leur p’tit bout de terrasse en guise de dancefloor. L’idée est fun… sur le papier. Mais le village monégasque ne peut vivre à l’heure du bal tous les soirs.

On a donc passé un coup de fil au commissaire Laurent Braulio, chef de la division de police urbaine, pour définir les limites à ne pas dépasser en collectivité.

Diffuser l’hymne national
et applaudir les soignants

Sur ce point, la concorde règne. Le souverain lui-même a salué ces initiatives et le conseiller-ministre de l’Intérieur, Patrice Cellario, a rappelé que ces élans de solidarité "ne doivent pas être bridés ou contrecarrés mais encouragés et félicités". Donc, chantez à tue-tête et tapez des mains comme bon vous semble à 19 h comme à 20 h.

Quelle limite au "vacarme" entre 19 h et 20 h ?

Jusqu’à présent, ce créneau exutoire n’a pas fait l’objet d’abus ou presque. "Nous n’avons eu que deux interventions à effectuer", confirme le commissaire Braulio.

La première, dans le quartier de l’Annonciade, faisait suite à une plainte de voisinage pour tapage diurne. L’administratrice de la page Facebook "Monaco, tous au balcon !" a alors été sommée de couper sa sono trop tapageuse, sans pour autant que ses happenings quotidiens et conviviaux ne puissent se poursuivre.

Dans le deuxième cas, à l’ouest de la Principauté, un jeune homme avait diffusé à haute sonorité quelques-uns de ses morceaux de musique préférés et pas forcément du goût de tous. Sans comprendre la gêne…

"Uniquement
de la prévention"

Aucune des deux interventions n’a fait l’objet de sanctions, tient à préciser le commissaire Braulio. "C’est uniquement de la prévention dans un contexte particulier, pour éviter certaines tensions. Tant que les voisins participent ou sont compréhensifs et que ça ne dure pas des heures au point de créer des risques de conflit de voisinage, il n’y a pas de problème."

Si un artiste veut adoucir le quotidien de ses voisins comme le fait actuellement Jake Raggio Music - comparse du chanteur niçois Medi - boulevard Rainier-III, pas de souci par exemple. Par ailleurs, "les systèmes lumineux ne posent aucun problème", selon Laurent Braulio, alors que de brèves projections sur les façades rythment le créneau 19 h-20 h.

Peut-on envisager des soirées "discothèque" ?

L’idée a germé sur Facebook. Et si on faisait des soirées “discothèque” ? Une thématique et un DJ improvisé pour une fête musicale de balcon en balcon. "Il faut rester dans le raisonnable et ne pas empêcher les gens de dormir", tranche logiquement le commissaire Braulio, rappelant au passage que les amendes pour tapage nocturne vont de 600 à 1 000 euros en Principauté (300 euros pour le tapage diurne).

Des résidents les nerfs à vif

Nous ne sommes pas tous égaux face au confinement et il semblerait que "l’enfermement" pèse déjà sur l’humeur de résidents monégasques, à en croire certaines interventions de la Sûreté publique.

"Nous avons des interventions banales où les policiers doivent plus jouer les médiateurs, confirme le commissaire Braulio. Certaines durent plus longtemps que d’habitude parce que les attitudes sont plus agressives, la discussion est plus longue pour raisonner des individus moins tolérants ou plus volubiles, agacés, nerveux."


Des épiphénomènes dont la fréquence pourrait augmenter au fil des semaines de confinement. "Près de 7 % des appelants expriment un besoin de parler, de se changer les idées voire de partager leurs inquiétudes face à l’isolement", confirme le gouvernement au sujet des plus de 80 appels quotidiens passés au centre d’appels Covid-19 (92.05.55.00).


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.