“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Apolline : l'association des résidents toujours inquiète

Mis à jour le 26/12/2017 à 05:01 Publié le 26/12/2017 à 05:01
Les représentants de l'association des résidents des Jardins d'Apolline s'étonnent des entreprises choisies pour la rénovation de leur appartement.

Les représentants de l'association des résidents des Jardins d'Apolline s'étonnent des entreprises choisies pour la rénovation de leur appartement. Jean-François Ottonello

Apolline : l'association des résidents toujours inquiète

Le choix de trois entreprises pour rénover la résidence étonne plusieurs habitants, qui regrettent, à nouveau, un manque de communication du gouvernement à leur encontre

Le gouvernement a tranché. La rénovation des Jardins d'Apolline sera opérée par un trio inédit de promoteurs : Satri, Engeco et JB Pastor & Fils. L'annonce du ministre d'État (Monaco-Matin du 24 décembre) a jeté un froid au sein de l'association des résidents d'Apolline.

« On nous a demandés si c'était une blague de Noël » souligne Céline Lubert, la vice-présidente, listant des réactions vives d'habitants, lues sur les réseaux sociaux. Notamment sur le fait de confier à Satri et Engeco, constructeurs à l'origine du projet, le soin de sa rénovation.

« Nous avons été surpris d'apprendre cette décision par la presse » continue Franck Lobono, qui préside l'association. « Depuis octobre, il n'y a plus eu de réunion publique organisée pour nous, résidents. Ce que nous regrettons aussi, ce sont les incohérences successives dans les décisions. On nous dit qu'il devait avoir un appel d'offres, et voilà qu'un choix de consortium est acté. En octobre dernier, on nous annonçait que tout serait démoli jusqu'au béton puis reconstruit. Cette solution nous semblait la meilleure. Là, ça ne semble plus clair. On ne sait plus à quelle voix officielle se fier. Nous restons vigilants pour garantir un appartement remis complètement à neuf à chaque résident ».

Flou

C'est ce « flou » qu'expose aussi une résidente, Bénédicte Ricciardi. « Pourquoi reprendre les mêmes entreprises, nous nous interrogeons. On n'est pas là pour mettre des bâtons dans les roues mais on veut comprendre. Il y a un malaise très désagréable. On ne sait pas ce qui va être fait dans nos appartements. Certains ne seront pas rénovés ? Nous voulons une liste de ce qui va être fait. Je ne quitterai pas mon appartement sans avoir le détail des travaux, de ce qu'on va y faire ».

Et Céline Lubert de reprendre, « nous avons aidé le gouvernement pour avancer sur ce dossier, on a proposé des solutions. Nous avons été entendus sur certains points. Dommage de ne pas être associés à la décision des travaux ». Une décision, qui pour le président, « semble essentiellement motivée par des raisons financières ».

L'association vient, à nouveau, de demander d'être reçue au ministère d'État. Les travaux, eux, sont annoncés pour démarrer fin février.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct