“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Apolline : et maintenant ? Des élus solidaires… mais pas que

Mis à jour le 24/06/2017 à 05:28 Publié le 24/06/2017 à 05:27

Apolline : et maintenant ? Des élus solidaires… mais pas que

Le gouvernement opte pour la nécessité de fermer bloc par bloc la résidence pour refaire l'ensemble des canalisations. Une situation qui va nécessiter des relogements temporaires

La crise sanitaire dans l'immeuble domanial des Jardins d'Apolline est devenue une crise de société. L'affaire a été longuement évoquée jeudi soir au Conseil national (lire par ailleurs).

Depuis le 12 juin, l'eau n'est plus potable pour les quelque 800 résidents de cet immeuble domanial. La faute à des traces de fer relevées dans l'eau, pouvant être d'une toxicité aiguë.

« La situation subie par les résidents est insupportable et inacceptable. Elle a été évolutive et complexe depuis plusieurs années et nous avons recherché les solutions les plus adaptées possibles, après un énorme travail de diagnostic. Le gouvernement est scandalisé par cette situation et déterminé à la résoudre au plus vite et au mieux », a souligné le ministre d'État, jeudi soir en séance publique au Conseil national.

Serge Telle, dans la foulée, a annoncé la décision de refaire entièrement les systèmes de canalisation de quatre bâtiments de l'immeuble, bloc par bloc, et de remettre à neuf l'ensemble des appartements. En effet, les réseaux encastrés dans la dalle obligent à ouvrir toutes les chapes de béton pour dévier les réseaux vers de nouveaux systèmes encastrés dans les faux plafonds.

Une technique déjà réalisée dans 22 appartements de la résidence, lourdement touchés ces derniers mois par des dégâts des eaux. Une vingtaine d'autres est en cours. « Concernant la provenance précise, c'est en cours d'investigation », a confirmé Marie-Pierre Gramalgia. Les premières constations font état d'une inadéquation de matériaux qui conduisent à leur dégradation précoce dans cet...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct