“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Antibes : l'A8 gratuite, une priorité pour les gilets jaunes

Mis à jour le 26/11/2018 à 05:27 Publié le 26/11/2018 à 05:27

Antibes : l'A8 gratuite, une priorité pour les gilets jaunes

Du matin au soir.

Du matin au soir. Et du soir au matin. Les « gilets jaunes » ne lâchent pas. Hier, vers 10 heures, une poignée était déjà revenue aux abords du rond-point de Provence, à l'entrée de l'A8 à Antibes. Et même quand la pluie s'invite, les manifestants restent mobilisés. Ils étaient au moins une cinquantaine en fin de journée.

À Antibes, leur objectif reste le même : obtenir la gratuité de l'A8. Les manifestants ont brièvement enlevé les barrières du péage au niveau du rond-point de Provence avant que les gendarmes ne reprennent rapidement la main. Ils ont ensuite escorté les « gilets jaunes » sur la barrière de péage d'Antibes. Comme hier.

La fermeture de l'A8 est « une question de sécurité »

Avec quatre voies balisées et donc gratuites pour les automobilistes. « C'est une question de sécurité, confie le commandant de la compagnie de gendarmerie de cannes, Jean-Paul De Azevedo. C'est la raison pour laquelle nous fermons l'entrée de l'A8 au niveau du rond-point. Nous ne pouvons pas laisser les manifestants entrer sur l'autoroute à ce niveau car les voitures ont passé la barrière de péage et accélèrent. Au niveau de la barrière de péage, nous les avons encadrés pour des questions de sécurité. Mais c'est un endroit où les automobilistes descellèrent. »

En fin de journée, un groupe de jeune en marge du mouvement s'en est pris aux forces de l'ordre. Deux individus ont été interpellés par la police.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct