Rubriques




Se connecter à

Anniversaire du jumelage entre Monaco et Lucciana

Retrouvez, comme chaque mois, la rubrique monégasque dédiée, cette fois-ci, au dixième anniversaire du jumelage entre la Principauté et la ville corse de Lucciana célébré hier

Publié le 21/09/2019 à 10:06, mis à jour le 21/09/2019 à 10:07
Dans l’église Saint-Michel de Lucciana.	(DR)
Dans l’église Saint-Michel de Lucciana. (DR)

Louis Notari en marge de sa « Légende de Sainte Dévote », premier ouvrage littéraire en langue monégasque paru en 1927, écrivait que « la merveilleuse beauté de notre pays n’est complète que lorsque, par un temps très pur, apparaît au loin la silhouette presque immatérielle de la verte Cyrnos, avec les cimes, quelquefois neigeuses, de ses belles montagnes » (1). Mais plus qu’un « pont formé par la voûte bleue du ciel » ce sont des liens très forts qui unissent depuis longtemps Monaco et la Corse : une mer ligure commune, un même passé génois, deux langues très proches de même origine mais surtout une même patronne, Sainte Dévote.

Des liens millénaires puisqu’ils remontent à 1700 ans. Selon la tradition, Dévote, jeune fille chrétienne née à Querci, lieu-dit situé sur la commune de Lucciana (Haute-Corse), fut martyrisée par le préfet Barbarus qui gouvernait alors la Corse, sous l’empire de Dioclétien et Maximien, l’année 303 ou 304. La barque qui devait transporter son corps vers l’Afrique viendra, guidée par une colombe dans la tempête, s’échouer sur la plage du vallon des Gaumates, au fond du port de Monaco. Son corps fut enseveli dans la petite chapelle qui bordait le torrent. On dit que les moines installés dans ce lieu, faute de connaître le nom de cette jeune martyrisée l’appelèrent « Dei Vota », vouée à Dieu.

« Une communion de foi »

 

Cet attachement et cette ferveur à la même sainte sont à l’origine du rapprochement entre les deux communes. Ainsi il y a 10 ans fut scellé le jumelage entre Monaco et Lucciana. Le 26 septembre 2009, les deux maires, Georges Marsan et José Galletti, s’engagent par un serment à maintenir des liens permanents entre les deux cités. « C’est une communion de foi et de cœur qui nous lie avec les Corses », rappelera le maire de Monaco dans un discours lors de l’inauguration de la contre jetée du port de Monaco, à l’aplomb de l’auditorium Rainier-III, baptisée « Quai Lucciana ».

En Corse, le Musée Archéologique de Mariana, dont la première pierre fut posée le 26 septembre 2009 par le prince Albert II, porte le nom de « Prince Rainier-III de Monaco ». Ce musée a pour vocation la conservation des vestiges mis au jour in situ pendant plus d’un demi-siècle de recherches.

Auparavant, le 9 juin 2003, le prince Rainier-III, accompagné du prince Albert lors de sa visite en Corse pour le XVIIe centenaire du martyre de Sainte Dévote, offrit à l’église de la « Canonica » (2) une magnifique statue de bronze figurant la Sainte sur une barque.

Dix ans après, le prince Albert II de Monaco et la princesse Charlène ont effectué de nouveau le pèlerinage à la mémoire de Sainte Dévote. Le couple princier a suivi la messe puis participé à la procession qui s’est déroulée autour de l’église de la « Canonica » avec l’Archiconfrérie de la Miséricorde et les pèlerins de Monaco. Plus récemment, ce 10 juin, les deux maires ont participé à la célébration des 900 ans de la consécration de la « Canònica 2 » à Lucciana. Pour fêter ce 10e anniversaire de nombreuses manifestations sont organisées à Monaco.

 

Còrsegh’e Munegaschi se ligu d’amicìçia,

E sempre festeràn, cun amù, cun delìçia,

Sut’u signu d’a Santa e chëlu d’a curumba,

Qü u bressu, qü a tumba !

Corses et Monégasques se lient d’amitié,

 

Et toujours fêteront, avec amour, avec délice,

Sous le signe de la Sainte et celui de la colombe,

Qui le berceau qui la tombe !

« Üna man lava l’àutra e tüt’ë due lavun a fàcia »

« Une main lave l’autre et toutes les deux lavent le visage »

Luì Notari ünt’üna nota d’a so’ « Legenda de Santa Devota », prima obra literària ün lenga munegasca püblicà ün 1927, scrivëva che « a maraviyusa belëssa d’u nostru paise è üntrega sulu qandu, per tempu lìmpidu, se vede ünlà u prufilu scàiji imateriale d’a verda Cyrnos, cun ë çime, carche vota nevuse, d’ë soe bele muntagne ». Ma ben ciü ch’ün « ponte fau da ru celu seren » sun antiche stache prun forte che, da ciü de mila sete çentu ani, ünìsciun Mùnegu e a Còrsega : üna marina lìgura cumüna, ün meme passau genuese, due lenghe pròssime d’a stëssa urìgine ma, suvratütu, üna stëssa patruna, Santa Devota.

 

Segundu a tradiçiùn, Devota, zùvena cristiana nasciüa a Querci, fraçiùn d’a cumüna de Lucciana (Còrsega Àuta), è stà martirizà d’u tempu de l’imperatù Dioclétien da u prefetu Barbarus che guvernava ün achëli tempi a Còrsega, ünt’ i ani 303-304. A barca che traspurtava u so corpu versu l’Àfrica, ghidà da üna curumba ünt’a tempesta, è vegnüa a s’arenà sci’a grava d’u valùn d’ë Gaumate, a u fundu d’u portu de Mùnegu. U so corpu è stau suterrau ünt’a picina capela che custegiava üna rayana. Se dije che i frati d’achësta geijëta, cuma nun cunuscëvun u nume de sta zùvena martirizà, l’an ciamà « Dei Vota », dedicà a Diu.

Achësta devuçiùn e fervù per a stëssa santa sun a l’urìgine de l’üniùn tra ë due cumüne. Cuscì, dèij’ani fà è stau ratificau l’acordu cunfraternu Mùnegu e Lucciana. U 26 de setembre d’u 2009, i dui Meri, Georges Marsan e José Galletti se sun giürai de mantegne stache pertinace tra ë due citae.

« È üna cumüniùn de fede e de cœ che ne staca cun i Còrseghi », à ditu u Mera de Mùnegu ünt’ün discursu a u mumentu de l’inaugüraçiùn d’a diga d’u portu de Mùnegu, d’a ciùngiu de l’auditori Rainiè III, batezà « Diga Lucciana ». Ün Còrsega, a prima pèira d’u Müseu Archeulògicu de Mariana numau « Prìncipu Rainiè III » è stà pusà u 26 de setembre d’u 2009 da u Prìncipu Albertu II. Achëstu Müseu gh’à per vucaçiùn de preservà i vestigi descrüverti sci’u situ per ciü d’ün mezu sèculu de reçerca.

Da primu, u 9 d’ u mese de San Giuane d’u 2003, u Prìncipu Rainiè III acumpagnau d’u Prìncipu Albertu, cun l’ucasiùn d’a so’ vìjita ün Còrsega per u dissetieme çentenari d’u martiri de Santa Devota, à ufertu â gèija d’a « Canònica » üna briusa stàtua ün brunzu che representa a Santa sciü d’üna barca. Dèij’ ani dopu, u Prìncipu Albertu II e a Principessa Charlene an fau turna u peregrinage ün memòria de Santa Devota. A Famiya principesca à participau â messa pœi â prufescia a u viru d’a gèija d’a Canònica cun l’Arcicunfreria d’a Misericòrdia e i peregrìn de Mùnegu. De frëscu, u dèije de San Giuane, i dui Meri àn participau â celebraçiùn d’i nœve çentu ani d’a cunsecraçiùn d’a « Canònica » a Lucciana.

Per festà achëstu dècimu aniversari, tante manifestaçiue sun previste d’a Meria de Mùnegu.

L’Archiconfrérie de Monaco en Corse, en 2013, autour de l’église la Canonica.	(DR)
L’Archiconfrérie de Monaco en Corse, en 2013, autour de l’église la Canonica. (DR)
Statue en bronze de Ste Dévote dans l’église de La Canonica - don du prince Rainier-III.	(DR)
Statue en bronze de Ste Dévote dans l’église de La Canonica - don du prince Rainier-III. (DR)
La Canònica et le site archéologique de Mariana. (DR)
La Canònica et le site archéologique de Mariana. (DR)

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.