Rubriques




Se connecter à

Aménagement du Port Hercule à Monaco pour l'accueil des mega-yachts

Afin de répondre pleinement aux besoins des navires de grande plaisance, la Société des Ports de Monaco procède à des travaux d’aménagement de la digue Rainier-III.

Marie Cardona Publié le 30/06/2022 à 09:51, mis à jour le 30/06/2022 à 10:46
photos
Des travaux d'aménagement sur la digue Rainier-III vont notamment permettre un meilleur stationnement pour les mega-yachts. Photo Cyril Dodergny

Le Grand Prix de F1 fin mai a donné le ton de la saison estivale avec un afflux massif des grands bateaux de plaisance à Monaco pour assister au spectacle. Le port Hercule avait alors affiché une occupation record avec l’accueil de 125 yachts et méga yachts.

Une affluence qui restera sans doute soutenue toute la saison, pour le premier été sans restrictions liées à la pandémie de Covid-19 depuis deux ans. Avec un point d’orgue le dernier week-end de septembre à l’occasion du Monaco Yacht Show.

Pour accueillir ces navires dans des conditions adaptées, et notamment favoriser leur stationnement en contrat d’hivernage après la haute saison, la société d’exploitation des Ports de Monaco (SEPM) a engagé des travaux d’équipement de la digue Rainier-III.

 

Sur le nez du quai, d’abord, afin d’y amener les puissances électriques requises, les alimentations en eau, les branchements télécoms et les raccordements pour les évacuations d’eaux usées (Travaux réalisés par les entreprises Monégasque de Construction, Home Electric Energie, MATEMONA et MONEPI., ndlr).

Mais également dans les eaux du port, afin de proposer une solution d’amarrage adaptée à ces mastodontes de la plaisance pouvant mesurer jusqu’à 150 m de long.

Explications en images.

La surface desdéfenses d'accostage triplée

Les aménagements sur les défenses d'accostage permettront de tenir les yachts éloignés des quais. Photo Cyril Dodergny.

Sur les aménagements d’alimentation du quai, des travaux sont réalisés par l’entreprise Sade Monaco au niveau des défenses d’accostage destinées à tenir les navires éloignés du quai. 

"On triple leur surface pour qu’elles soient mieux adaptées à l’accueil des méga-yachts", explique Olivier Lavagna, directeur général de la Société d’exploitation des Ports de Monaco.

Disposées tout le long du quai, elles permettront d’accueillir un méga-yacht de 150 mètres, ou deux navires "plus petits" de 110 à 120 m en amarrage "long side" (comprenez: le long du quai).

 

Des corps-morts de 250 tonnes

250 tonnes de corps-morts vont être immergés dans le port Hercule Photo Cyril Dodergny.

En face de la digue, les travaux de mouillage consistent en la mise en place de quatre corps-morts de près de 250 tonnes, composés d’un châssis (environ 45 T) et de six lests (36 T l’un) chacun.

Disposés parallèlement au quai à 50 mètres de profondeur, ces systèmes seront pourvus de chaînes, reliées à des bouées immergées à 15 mètres de profondeur sur lesquelles viendront s’amarrer les yachts. L’opération nécessitera l’intervention de plongeurs lors des manœuvres d’amarrage.

Des coquilles d'huîtres pour l'écosystème

Les cagettes remplies de coquilles d'huîtres vont servir au "développement d'écosystèmes autour des corps-morts" Photo Cyril Dodergny.

Les six lests sont pourvus "de cagettes remplies de coquilles d’huîtres pour favoriser le développement d’écosystèmes autour des corps-morts", précise Lionel Jacob, ingénieur de travaux maritimes et sous-marins.

Les chaînes qui viendront s’y fixer, avant d’être rattachées à la bouée immergée sur laquelle viendra s’amarrer le navire, seront également parcourues d’habitacles permettant aux poissons de venir s’y réfugier.

Une équipe de 13 professionnels pour l'assemblage des corps-morts

Sur la barge, 13 employés de l’entreprise Trasomar travaillent à l’assemblage du dispositif. Photo Cyril Dodergny.

Sur la barge, 13 employés de l’entreprise Trasomar travaillent à l’assemblage du dispositif.

Étape 1: attacher et immerger l’une après l’autre chaque composante des corps-morts grâce à une immense grue.

Étape 2: une fois dans l’eau, un plongeur intervient pour guider l’installation des blocs en béton. Sept plongeurs se relaient. "Trois interviennent pour l’installation du châssis et un pour chaque lest", détaille Lionel Jacob.

 

Une mesure de sécurité pour ces hommes amenés à plonger à - 50 mètres. À cette profondeur, "les plongées ne peuvent durer que 15 minutes" et "le plongeur ne peut plonger qu’une seule fois dans la journée".

Une barge de travail nécessaire aux travaux

La barge de travail procède à l'installation du quatrième corps-mort Photo Cyril Dodergny.


Ces travaux d’envergure nécessitent le concours d’une barge de travail de 60 mètres de long et de 22 m de large, dont le planning d’interventions a été établi en fonction de celui des croisières.

Ce mercredi, la barge a procédé à des manœuvres afin de pouvoir installer le quatrième et dernier corps-mort (au pied du fort Antoine) prévu pour cet aménagement. Celui-ci sera assemblé d’ici demain.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.