“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ambiance caliente au carnaval d'été du Rocher

Mis à jour le 22/07/2018 à 05:09 Publié le 21/07/2018 à 05:09

Ambiance caliente au carnaval d'été du Rocher

La 7e édition du carnaval estival, un des rendez-vous incontournables de la Principauté, a tenu toutes ses promesses avec un spectacle haut en couleur sur des rythmes endiablés

Il n'est pas encore 18 h 00, seuls les quatre chars au centre de la place du Palais laissent présager la grande fête qui se prépare. Et soudain les cloches retentissent, la 7e édition d'U Sciaratu peut commencer. Le son des maracas, des guitares, des tambours et des trompettes approche. En un rien de temps l'ambiance prend une tout autre tournure et la température monte d'un cran. Sur la terre ou dans les airs, on ne sait plus où donner de la tête. Danseuses, mariachis, musique folklorique, le tout sous une chaleur écrasante, on aurait presque pu sentir l'odeur des enchiladas tant tout était réaliste.

On danse, on chante, on rit sous une pluie de confettis, ça sent bon l'Amérique latine. Les premiers chars dans lesquels une vingtaine d'enfants sont pris place quittent la place centrale pour le célèbre défilé. La joyeuse foule se disperse. Dans les petites rues étroites, de drôles de personnages font l'animation. Même les serveurs des restaurants ont joué le jeu et sont déguisés. À partir de 20 h 00, le carnaval a pris possession de la place de la Mairie, la fête était bien loin d'être finie.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct