“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Aller sur Mars pour en apprendre plus sur la Terre

Mis à jour le 12/11/2016 à 05:13 Publié le 12/11/2016 à 05:12
Ellen Stofan, responsable scientifique de la NASA (à gauche), et Maguy Maccario Doyle, l'ambassadeur de Monaco aux États-Unis et au Canada, qui a organisé la conférence.

Ellen Stofan, responsable scientifique de la NASA (à gauche), et Maguy Maccario Doyle, l'ambassadeur de Monaco aux États-Unis et au Canada, qui a organisé la conférence. Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Aller sur Mars pour en apprendre plus sur la Terre

Ellen Stofan, responsable scientifique de la NASA, a donné une conférence à Monaco sur le rôle des femmes dans la science et l'exploration spatiale. Et évoqué les applications concrètes de ces missions

Avant, c'était un rêve. À l'horizon 2030, cela pourrait devenir une réalité. Ellen Stofan, responsable scientifique de la NASA, est venue parler de l'exploration de Mars par des humains à Monaco, jeudi soir. Elle a aussi évoqué le rôle des femmes dans la science. La conférence s'est déroulée dans le cadre de la projection du film « The Last Man On The Moon », qui restitue l'histoire d'Eugene Cernan, le dernier homme à avoir foulé le sol de la Lune. Des échanges ont suivi.

Objectif : « Essayer d'amener la nouvelle génération à s'intéresser à la science et à tout ce qui touche à l'exploration spatiale », explique Maguy Maccario Doyle, l'ambassadeur de Monaco aux États-Unis et au Canada, qui a organisé cet événement (1). Et puis « inspirer », « motiver ». Ellen Stofan tient le même discours. Selon elle, les voyages vers la planète rouge permettront l'apparition d'une « génération Mars », marquée par la « curiosité » ou « l'espoir ». C'est l'une des conséquences de l'exploration spatiale, explique-t-elle. Parce qu'au fond, il est surtout question d'en apprendre plus sur nous, la Terre et son histoire. Notamment pour savoir comment faire face au réchauffement climatique, « notre plus gros défi ».


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.