Rubriques




Se connecter à

Albert II : Un homme d’une grande humanité Une visite présidentielle en 1997

Monaco Le souverain, en évoquant des souvenirs politiques et personnels, a salué hier la mémoire de l’ancien président français, qu’il avait rencontré à de nombreuses reprises

PROPOS RECUEILLIS PAR CEDRIC VERANYJ.D. Publié le 27/09/2019 à 10:21, mis à jour le 27/09/2019 à 10:21
En novembre 2005, au Palais de l’Élysée à Paris, le président français et le souverain monégasque avaient ratifié les nouveaux accords entre leurs deux pays.
En novembre 2005, au Palais de l’Élysée à Paris, le président français et le souverain monégasque avaient ratifié les nouveaux accords entre leurs deux pays. Palais de l’Élysée

Avec émotion, hier, le prince Albert II a fait une pause de quelques minutes dans son agenda chronométré pour saluer la mémoire de Jacques Chirac. Alors prince héréditaire, il était aux côtés du prince Rainier III pour accueillir le président Chirac en 1997, au cours d’une visite officielle en Principauté. À son tour, Jacques Chirac avait été le premier chef d’État à recevoir le souverain fraîchement intronisé au cours de l’été 2005.

Jacques Chirac, accompagné de son ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine, avait effectué une visite présidentielle le 25 juillet 1997 à Monaco. Une année symbolique puisqu’elle marquait les 700 de règne des Grimaldi. La visite officielle du président français a été la troisième d’un chef d’État de la Ve République après celle du général de Gaulle en 1960 et de François Mitterrand en 1984.

Accueilli par le prince Rainier III à son arrivée à l’héliport, Jacques Chirac s’était ensuite directement rendu au Palais princier. Le souverain monégasque s’inquiétait alors du calcul du compte de partage qui répartit la TVA entre les deux pays, ainsi que du passage à l’euro et de la nécessité, pour Monaco, de changer de monnaie en même temps que la France.

 

Le prince Rainier avait également présenté à Jacques Chirac son projet de construction de la digue de l’avant-port et la gare souterraine ; les deux grands ouvrages urbanistiques de l’époque. Et pour montrer le dynamisme économique monégasque, le président français avait visité les laboratoires Theramex de Fontvieille en fin de séjour.

Ce 25 juillet, qui s’inscrivait dans la séculaire amitié entre la Principauté et la France, a été également l’occasion, pour Monaco, d’élever Jacques Chirac au rang de Grand-Croix de l’ordre de Saint-Charles, tandis que la République française honorait le prince héréditaire Albert en lui attribuant la médaille de Grand-Croix de l’ordre du Mérite, faisant aussi la princesse Caroline Grand officier de la Légion d’honneur.

Plus tard, sous le règne du prince Albert II cette fois-ci, les présidents français Nicolas Sarkozy et François Hollande ont, à leur tour, effectué des visites officielles en Principauté. Le premier en 2008, l’autre en 2013.

Laurent Stefanini

 

Le nouvel ambassadeur de France à Monaco a bien connu Jacques Chirac dont il a été le collaborateur entre 1996 et 2002. Il souligne la « longévité politique » du président français. « Un homme à la fois consacré à la chose publique et très énergétique. » À l’initiative de l’ambassadeur, un livre de condoléances est ouvert dès aujourd’hui à la Maison de France (42, rue Grimaldi).

Michel Boeri

Le président de l’Automobile Club de Monaco a été élevé par Jacques Chirac dans l’ordre de la Légion d’honneur. Il garde du président français l’image d’un « homme affable, aimable à approcher, toujours sympathique, qui ne se prenait pas au sérieux tout en l’étant dans sa fonction. Un type bien. »

Le prince Rainier III et son fils accueillant le président de la République française, Jacques Chirac, le 25 juillet 1997.
Le prince Rainier III et son fils accueillant le président de la République française, Jacques Chirac, le 25 juillet 1997. Gaétan Luci / archives Palais princier.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.