“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Airbnb a-t-il pris ses quartiers à Monaco ?

Mis à jour le 10/08/2016 à 05:04 Publié le 10/08/2016 à 05:04

Airbnb a-t-il pris ses quartiers à Monaco ?

Le service de location est discret en Principauté. À l'heure d'Uber et des plateformes collaboratives sur internet, le système monégasque ne semble pas forcément adapté à ces offres low-cost

Pourquoi entend-on parler d'Airbnb ?

Depuis le 1er août, Airbnb a étendu la collecte de sa taxe de séjour à une vingtaine de villes. La société s'engage à déployer le mécanisme à davantage de villes à partir de 2017.

De nombreuses communes sont d'ores et déjà en train de mettre en place les formalités et s'approchent des hébergeurs.

L'enjeu est de taille puisque l'administration française doit constituer un fichier permettant d'identifier les communes et les taux applicables.

L'objectif : disperser les bénéfices du tourisme dans les territoires.

Depuis 2014, Airbnb a collecté et reversé près de 100 millions d'e de taxe de séjour à travers le monde.

Qu'en est-il à Monaco ?

Dans un récent rapport sur « l'ubérisation de l'économie », le gouvernement princier précise que « l'utilisation de toutes les plateformes collaboratives n'est pas possible à Monaco. »

Par exemple Uber ne permet pas de commander un VTC sur le territoire princier. Drivy n'offre pas non plus la possibilité de louer la Rolls ou la Porsche d'un particulier monégasque. Stricto sensu, le...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct