“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Action sociale : les employés de Carrefour mobilisent les clients

Mis à jour le 25/05/2016 à 05:13 Publié le 25/05/2016 à 05:13
Hier, entre midi et 14 heures, délégués syndicaux, représentants du syndicat du commerce et de l'Union des Syndicats de Monaco encourageaient les clients à signer une pétition pour espérer obtenir des avancées sociales.

Hier, entre midi et 14 heures, délégués syndicaux, représentants du syndicat du commerce et de l'Union des Syndicats de Monaco encourageaient les clients à signer une pétition pour espérer obtenir des avancées sociales. J.D.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Action sociale : les employés de Carrefour mobilisent les clients

Il y a eu le rassemblement du 26 mars avec une centaine de salariés de Carrefour sur le parvis du centre commercial de Fontvieille.

Il y a eu le rassemblement du 26 mars avec une centaine de salariés de Carrefour sur le parvis du centre commercial de Fontvieille. Il y a eu, hier, l'encouragement des clients par les salariés pour signer une pétition destinée à alerter Carrefour France des conditions sociales du supermarché.

À partir de midi, délégués syndicaux, syndicat du commerce et Union des Syndicats de Monaco, expliquaient les raisons de leur malaise après une première action selon eux non suivie d'effets.

Gilles Ugolini, délégué syndical de Carrefour et secrétaire général adjoint du syndicat du commerce, rappelle les deux principales revendications : une augmentation de salaire de 2,5 % et des compléments de salaire en cas de maladie et d'accident. « Nous n'avons rien obtenu à ce jour. »

Le ticket resto passé de 3,50 à 4,50 euros

Ce « rien » est un peu à nuancer. Les salariés ont obtenu des choses. Mais pas ce qu'ils souhaitaient, semble-t-il. « La direction a fait des propositions et les a appliquées de façon unilatérale, comme un euro supplémentaire sur le ticket restaurant qui est passé de 3,50 à 4,50 euros. » Avancées sociales que les syndicats reconnaissent d'ailleurs bien volontiers puisqu'eux-mêmes en parlent.

Du côté de la direction, et en l'absence de la directrice Marie-Madeleine Liesse, c'est par l'intermédiaire de sa société de communication marseillaise que Carrefour communique. « Il est aussi important pour la direction du magasin de tout mettre en œuvre pour améliorer le pouvoir d'achat et améliorer la qualité de vie au travail ; et de rappeler que les collaborateurs du magasin bénéficient d'une politique de rémunération avantageuse (...) au-delà des minima légaux et conventionnels. Carrefour Monaco continue d'offrir la politique sociale la plus avantageuse de la grande distribution : ses salariés bénéficient notamment d'un 13e mois, d'une prime de vacances (1/2 mois), d'une prime de présence, d'une prime liée aux résultats, d'un régime Santé et Prévoyance avantageux couvrant en particulier la maladie de courte et de longue durée, de jours de repos supplémentaires selon l'ancienneté en complément des cinq semaines de congés payés, et d'une remise sur achat de 10 %. »

Revendication salariale

En terme de salaire, il apparaît que salariés et direction ne sont pas sur la même ligne… Un employé et conseiller syndical du magasin explique : « J'ai 33 ans et douze ans d'ancienneté. Je travaille 39 heures par semaines avec des horaires modulables par quinzaine selon les besoins de l'entreprise. Carrefour Monaco ampute de 5 % notre taux horaire car il doit obligatoirement payer le 5 % monégasque. Mon salaire ? 1 600 euros bruts par mois. »

Prochain rendez-vous le 16 juin, pour une grande action interprofessionnelle.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.