Abandonnée à sa naissance, cette Fréjusienne recherche sa sœur Gabrielle qui a aujourd'hui 71 ans

Après avoir vu le jour en Allemagne en juin 1946, Brigitte Bernet a été adoptée par une famille française à l’âge de 2 ans. Elle veut retrouver sa cadette, Gabrielle, également adoptée...

Philippe Michon Publié le 07/04/2020 à 17:45, mis à jour le 09/04/2020 à 06:54
Brigitte Bernet, aujourd’hui installée à Fréjus, est en quêt de renseignements pour retrouver la trace de sa petite sœur qu’elle n’a jamais vue. Photo Clément Tiberghien

Née un 9 juin 1946 à Fribourg en Allemagne, la vie de Brigitte Bernet n’a pas vraiment été un long fleuve tranquille.

Abandonnée à sa naissance par sa mère biologique répondant au nom de Johanna-Maria Seiberth, cette Fréjusienne, aujourd’hui âgée de 73 ans, a ensuite été placée en pouponnière en Allemagne avant d’être accueillie dans une famille adoptive à Paris…

"J’avais deux ans et demi lorsqu’on m’a mise dans un train à destination de la France. Je suis une enfant de la guerre. À cette période, les autorités de l’époque voulaient récupérer des bébés allemands pour repeupler la France. Bien plus tard, j’ai alors appris que mon père était un soldat américain, confie-t-elle d’une voix fluette. Avant d’ajouter :  Ma mère biologique a eu trois enfants, dont moi, de trois pères différents. J’ai ainsi appris que j’avais un frère, qui avait un père allemand, et une sœur…"

Elle découvre l’histoire des bébés allemands

Son frère étant décédé en Bavière, depuis quelques années Brigitte Bernet s’est mise en quête de retrouver sa sœur, Gabrielle Seiberth, née un 18 juillet 1948… à Fribourg.

"En 1983, je suis retournée en Allemagne où j’ai revu ma mère à Karlsruhe, qui m’a confirmé que j’avais été son seul enfant. En fait non, j’ai appris tout à fait par hasard que j’avais bien une sœur…"

 

C’est en 2013, lors d’une émission télé, qu’elle découvre l’histoire des bébés allemands recueillis dans des pouponnières Outre-Rhin.

Après de longues recherches, Brigitte parvient à se procurer une liste de ces bébés allemands transférés dans des familles d’adoption françaises: "Je suis tombée sur le nom de ma sœur. Je suis donc sûre qu’elle, aussi, a fait le voyage en France, pense la septuagénaire désormais encouragée dans ses recherches. J’ai ensuite demandé à la mairie de Fribourg l’acte de naissance de ma sœur. Ce document n’a fait que confirmer que nous avions bien la même mère!"

Nombreuses questions sans réponse

Cela étant, le plus dur reste à faire. Localiser Gabrielle en France ou ailleurs.

"D’une manière ou d’une autre, je souhaite du fond du cœur la retrouver, souffle-t-elle, avec une lueur d’espoir dans les yeux. En fait, je ne sais absolument rien d’elle. Qu’est-elle devenue depuis tout ce temps? Est-ce qu’elle est toujours en France. Est-ce qu’elle s’est mariée et a donc changé de nom? Est-ce qu’elle est encore vivante? Et si oui, accepterait-elle de me voir?"

 

Autant de questions légitimes qui, pour l’heure, demeurent sans réponse.

Aujourd’hui mère d’une fille, habitant Puget-sur-Argens, et grand-mère de trois petits-enfants – "bientôt quatre! La famille s’agrandit", Brigitte Bernet nourrit plus que jamais cette fibre familiale qui lui a tant fait défaut.

"Je sais que j’ai des cousins et cousines en Allemagne, mais nous n’avons aucun contact. Qui plus est avec la barrière de la langue c’est difficile. Fort heureusement, j’ai ma fille et mes petits-enfants", soupire-t-elle en espérant que son histoire interpelle le plus grand nombre.

"Sait-on jamais…"

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.