“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

À Toulon, un projet de Centre de la mer veut faire remonter le patrimoine sous-marin à la surface

Mis à jour le 25/11/2020 à 18:22 Publié le 26/11/2020 à 18:00
Le bathyscaphe ou FNRS3 fait partie du patrimoine sous-marin de la rade de Toulon.

Le bathyscaphe ou FNRS3 fait partie du patrimoine sous-marin de la rade de Toulon. Photo doc. F. G.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

À Toulon, un projet de Centre de la mer veut faire remonter le patrimoine sous-marin à la surface

Le patrimoine qu'offre la Méditerranée en rade de Toulon n'est pas assez mis en valeur. Particulièrement celui qui se cache sous la surface. C'est en tout cas ce dont Jean Écochard est persuadé. Pour y remédier, l'ancien président de la fédération du Mouvement d'actions pour la rade de Toulon présente sa solution.

Décidément, le patrimoine bâti en bord de rade toulonnaise est le terreau de bien des idées. Après la proposition d'une Cité de la mer, émise par Philippe Le Sausse pour les Ateliers mécaniques de La Seyne, c'est Jean Écochard, l'ancien président de la fédération Mart (Mouvement d'actions pour la rade de Toulon) qui relance l'idée, évoquée depuis 2006, d'un Centre de la mer.

Aujourd'hui, l'ancien associatif estime que ces sites, tant du côté de La Seyne que des bâtiments de l'ancien arsenal de Toulon, pourraient être utilisés afin de mettre plus en valeur le patrimoine qu’offre la Méditerranée en rade de Toulon.

Toulon et La Seyne ont un patrimoine terrestre et maritime qui ne demande qu'à revivre”, affirme Jean Écochard. Mais alors qu’un projet de centre de la mer serait en cours du côté de la Pointe Rouge à Marseille, l’ancien urbaniste suggère que ce centre toulonnais soit orienté spécifiquement vers la conquête sous-marine.

Comme un ancêtre du Nautilus

L’histoire locale est en effet particulièrement riche sous la surface. C’est par exemple à Toulon que le Gymnote, premier sous-marin électrique, a été conçu en 1888 par Gustave Zédé, lui-même conseiller de Jules Verne pour Vingt mille lieues sous les mers.

À Toulon aussi qu’est né le scaphandre autonome créé par le commandant Cousteau ou encore la Cellule plongée humaine et intervention sous la mer (Cephismer), organe de la Marine nationale. Sans parler des bathyscaphes déjà célèbres pour l'exploration abyssale ou des sous-marins de la Royale.

Ancien président de la fédération Mart, Jean Écochard revient avec son idée de Centre de la mer.
Ancien président de la fédération Mart, Jean Écochard revient avec son idée de Centre de la mer. Photo V. R.

Serpent de mer

Si Jean Écochard relance ce vieux serpent de mer, c’est aussi parce que certains bâtiments anciens du côté de l’arsenal toulonnais entrent dans la zone du concours d’aménagement lancé par la Métropole Toulon - Provence - Méditerranée, “Mayol à Pipady”. Autrement dit, l’occasion fait le larron!

Rénovés, ces bâtiments seraient l'amorce d'un véritable Centre de la mer décliné en plusieurs lieux: les anciens ateliers mécaniques de La Seyne et le hangar du Mourillon, qui a justement vu naître le sous-marin de Gustave Zédé.” Bref, le retraité a pensé à tout.

Sauf qu’un tel projet n’est en fait pas dans ses mains. Pour le mettre à flot, il faut convaincre les pouvoirs publics de son intérêt. Évidemment, Jean Écochard n’est pas pris au dépourvu par cette question.
Il évoque d’abord l’intérêt culturel. Mais sait que le nerf de la guerre est économique: “On ne peut pas considérer qu’on va gagner de l’argent avec les touristes uniquement grâce aux plages: il faut qu’ils aient quelque chose à voir, comme ceux qui vont à Marseille et qui ont désormais le Mucem.

Pour lui, c’est certain, un Centre de la mer augmenterait l’intérêt touristique pour la rade de Toulon et ses retombées économiques. “On a une histoire à Toulon qui devrait rester à Toulon.” Sinon, prophétise Jean Écochard, “le risque, c’est que ça se fasse ailleurs”.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.