“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

À Monaco, une nouvelle cheffe de 27 ans aux commandes du Coya

Mis à jour le 09/05/2021 à 20:31 Publié le 09/05/2021 à 20:31
Victoria Vallenilla, la nouvelle cheffe aux commandes de Coya Monte-Carlo.

Victoria Vallenilla, la nouvelle cheffe aux commandes de Coya Monte-Carlo. Photo Jean-François Ottonello

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

À Monaco, une nouvelle cheffe de 27 ans aux commandes du Coya

Le restaurant vient de rouvrir ses portes avec la cheffe vénézuélienne Victoria Vallenilla, 27 ans, aux commandes.

C’est un indicateur qui donne une bonne tendance. Rouvert le 22 avril, le Coya amorce sa quatrième saison. L’implantation de cette marque internationale en Principauté -– concept reconnu mêlant gastronomie sud-américaine et ambiance festive – est depuis 2018 un franc succès de la vie nocturne à Monaco.

C’est simple, le restaurant situé au cœur du Sporting ne désemplit jamais, sept soirs sur sept, chaque été. La fermeture hivernale a permis de rafraîchir les boiseries, les banquettes et d’ajouter de la végétation pour coller à l’esprit Coya qui se décline dans neuf adresses sur la planète.

De nouveaux codes

À Monaco comme ailleurs, les codes sont les mêmes et ont apporté une nouveauté dans le monde de la restauration en mêlant l’amusement, le cadre amical et le professionnalisme. "C’est ce qui a fait notre succès", confirme Eric Gorjux qui dirige les lieux, heureux de voir que depuis l’ouverture, les clients fidèles sont déjà de retour.

"Nous avons réadapté nos services, en proposant un service au déjeuner que nous ne faisions pas. Et par contre , un seul service au dîner. Le couvre-feu et les règles sanitaires ne nous permettent pas pour l’heure d’enchaîner deux services le soir".

Pareil pour l’ambiance, la musique est toujours interdite par les règles Covid incompatibles. Ce qui coupe un peu l’élan de l’établissement connu pour faire la fête…

En chiffres, le restaurant fait une centaine de couverts chaque jour, là où il en fait d’ordinaire 350. Et compte pour l’heure sur 35 salariés contre une centaine en pleine saison. En cuisine, Victoria Vallenilla a pris les rênes cette année.

Une cheffe qui cuisine "comme chez elle"

Passée par l’hôtel Hermitage, la jeune cheffe (27 ans) a rejoint Coya Monte-Carlo à l’ouverture en 2018. Un parcours sans faute pour cette Vénézuélienne arrivée à Nice à 18 ans sans parler un mot de français, qui a fait ses classes au lycée hôtelier Paul-Augier. Et décroche une décennie plus tard un poste de chef au sein de la Société des Bains de Mer.

"C’est une main de fer dans un gant de velours", dit d’elle le directeur de Coya Monte-Carlo.

Une chose est sûre, Victoria Vallenilla a infusé son esprit et son style dans la carte rythmée d’un festival de tapas, cevichés, tacos et guacamole pour ouvrir l’appétit qui rappelle ses terres sud-américaines.

"Je voulais qu’on se sente comme chez moi, plaide-t-elle. Le flan à la noix de coco en dessert par exemple, c’est ma recette de famille".

Son credo: une cuisine simple et facile à comprendre.

"Quand on passe une semaine chargée, il n’y a rien de mieux que s’asseoir et comprendre ce qu’on mange. D’autres font de la cuisine technique Moi je veux donner du sentiment, que l’on passe un bon moment entre amis, en goûtant des choses qu’on a jamais vu". Mission réussie !

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.