“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

A Monaco, un village de Noël écolo jusqu'au bout du mégot

Mis à jour le 06/01/2020 à 11:34 Publié le 06/01/2020 à 12:00
Les cendriers verts, fabriqués en France, ont été disposés un peu partout sur le marché, en complément des cendriers traditionnels sur les tables et les poubelles.

Les cendriers verts, fabriqués en France, ont été disposés un peu partout sur le marché, en complément des cendriers traditionnels sur les tables et les poubelles. Photo Dylan Meiffret

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

A Monaco, un village de Noël écolo jusqu'au bout du mégot

Monaco continue son bout de chemin vert. Cette année, le village de Noël a été le théâtre de deux initiatives en faveur de l’environnement. Dans le collimateur : les mégots et les gobelets.

Le village de Noël, c’est un espace de fête. On y va pour se détendre, pour s’envoyer des plats pas raisonnables, en sirotant un petit verre. Difficile pour les fumeurs de ne pas en griller une petite, dans ces conditions. Le souci, c’est que souvent, les mégots finissent par terre, ou mieux dans des cendriers où ils rejoindront le tout-venant des ordures.

Cette année, la mairie de Monaco a décidé de mettre en place un partenariat avec l’entreprise Eco-Megot. Son credo ? Valoriser les mégots. À tout point de vue. « Nous voulons croiser les problématiques. Celle de l’environnement et celle de l’emploi, par exemple. Nous travaillons beaucoup sur l’insertion professionnelle de profils atypiques ou de personnes éloignées de l’emploi depuis longtemps, ou encore avec des chantiers d’insertion », explique Mélissa Peifer, office manager.

Pour cela, ils ont installé des cendriers verts sur le marché, pour récolter les déchets des fumeurs. « Nos cendriers sont fabriqués en France, et ils sont éco-conçus, avec des matériaux recyclables. Et nous les avons pensés pour qu’ils soient le moins encombrants possibles et qu’ils puissent être transportés efficacement. »

Mais, un peu comme nous à la rédaction, vous vous demandez sans doute ce que l’on peut faire avec des vieux mégots ? « Ils sont compactés avec d’autres déchets dangereux pour devenir des briquettes de combustibles, qui sont utilisées dans l’industrie en remplacement du pétrole. » Ces entreprises peuvent utiliser jusqu’à 80 % de briquettes de combustible en remplacement de l’hydrocarbure habituel. C’est donc autant de carburant fossile qui ne doit pas être extrait, raffiné, et acheminé jusqu’aux usines. Et autant de déchets qu’on ne retrouvera pas dans la nature.

Une opération qui semble avoir eu son petit succès. « Près de 5.000 mégots ont été collectés, ce qui équivaut à 2.029.411 litres d’eau non pollués. Un bon début pour un 1er événement zéro mégot sur Monaco », constate Mélissa Peifer.

Aucun gobelet jetable n’a été consommé

Depuis longtemps, les gobelets à usage unique sont la bête noire des mouvements écologistes de tout poil. À l’aube de l’interdiction totale des gobelets en plastique (depuis le 1er janvier), la mairie de Monaco a donc pris les devants pour mettre en place ce qui existait déjà à une moindre échelle : le gobelet consigné.

Un euro rendu pour chaque gobelet restitué, c’est un pari réussi !
Un euro rendu pour chaque gobelet restitué, c’est un pari réussi ! Photo Dylan Meiffret

Bon d’accord, vous allez me dire qu’il est en plastique, et vous aurez raison. Mais il était consigné. Et n’a donc pas fini dans le port. Interrogé ce vendredi, Christophe Essirard, en charge de Monaco green, qui fournit ces gobelets nous confiait : « Nous allons donc dépasser à l’issue de l’événement les 45.000 gobelets lavés et donc réutilisés. Ce chiffre représente 1.000 à 3.500 gobelets lavés et remis dans le « circuit » chaque jour (Noël et Jour de l’an compris). 45.000 à 48.000 devrait donc être le chiffre de gobelets rapportés et donc utilisés dimanche soir. Il faut imaginer le volume de 45.000 gobelets jetables à usage unique et vous entassez plusieurs dizaines de mètres cubes de déchets non recyclables ! »

Un bémol cependant : des machines automatiques avaient été installées pour faire la consigne. Elles ont été détériorées par des usagers peu scrupuleux qui y ont introduit toutes sortes d’objets, les rendant inutilisables. Finalement ce sont les commerçants qui ont assuré la déconsigne de cette opération record.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.