A Monaco, revendez vos livres scolaires grâce ce groupe Facebook

Une "Bourse aux livres scolaires et musicaux" créée sur Facebook compte aujourd’hui près de 1.000 membres. Objectif: offrir une deuxième jeunesse à ses manuels et à ses fournitures scolaires.

Article réservé aux abonnés
J. G. Publié le 26/09/2022 à 11:30, mis à jour le 26/09/2022 à 13:26
À l’heure où tous les établissements scolaires de Monaco se mettent au numérique, quelques parents se revendent les manuels et uniformes scolaires via un groupe Facebook. Photo Dylan Meiffret

Depuis plus de cinq ans, un groupe d’entraide entre parents a été créé sur Facebook. Il permet à ses presque mille membres de poster des annonces de ventes de fournitures scolaires sur Monaco.

Tout part d’un constat, celui que les bourses aux livres physiques sont parfois contraignantes pour les parents. C’est ce qu’explique Dominique Vanoni, administratrice du groupe Facebook "Bourse aux livres scolaires et musicaux de Monaco": "Il y a normalement deux jours de bourses aux livres organisés par les écoles, seulement si on travaille, il est difficile de se rendre sur place pour acheter ou revendre des livres sur les horaires donnés".

Cette ancienne professeure d’italien lance alors son groupe d’entraide entre parents. Il leur permet de s’échanger, de se revendre et de se donner des manuels scolaires d’enfants scolarisés à Monaco. "On fait revivre des objets qui ne sont pas obsolètes. C’est plus souple que les bourses aux livres avec des prix parfois plus intéressants", déclare-t-elle.

Aspect pratique et économique

Ce groupe est un véritable soulagement pour les parents, qui peuvent revendre les affaires de leurs enfants toute l’année. "La rentrée est déjà passée, je vais quand même mettre des annonces, mais c’est vrai que ça fonctionne particulièrement bien en période de fin d’année et de rentrée scolaire. On le fait plus pour l’aspect pratique qu’économique", explique Sharon, inscrite sur le groupe depuis plusieurs années et maman de deux adolescentes.

Beaucoup de parents considèrent ce groupe comme une véritable "mine d’or", c’est le cas de Stéphanie. Elle apprend l’existence de ce groupe de revente de livres l’année dernière grâce au bouche-à-oreille. Elle y est très active depuis. "C’est très convivial, on peut recycler et même si on revend assez bas au moins on ne jette pas les livres."

 

Encore des manuels, malgré le numérique

La réforme du tout numérique en Principauté n’a pas freiné les parents inscrits dans le groupe, qui continuent à acheter les livres scolaires. "Il y a beaucoup de parents, comme moi, qui ne sont pas des inconditionnels du numérique", résume Sharon. Certains élèves préfèrent aussi le support papier et demandent à avoir des manuels.

Les articles qui se vendent le mieux restent cependant les uniformes scolaires et de sport, qui ne sont parfois utilisés que quelques mois. "Il y en a beaucoup parce que c’est un gros budget, surtout quand on a plusieurs enfants, alors si on peut les avoir moins cher, c’est génial", ajoute-t-elle.

Un seul point reste à être développé pour Dominique Vanoni: "J’aimerais vraiment que ça se développe au niveau musical. Les instruments et les partitions sont des choses qui peuvent s’échanger, mais les gens ne le font pas encore assez".

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.