“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

À Monaco, nous avons la culture en héritage

Mis à jour le 25/09/2019 à 10:26 Publié le 25/09/2019 à 10:26
Entrée à la direction des Affaires culturelles en 2002, Françoise Gamerdinger a gravi tous les échelons jusqu’au poste de directeur.

Entrée à la direction des Affaires culturelles en 2002, Françoise Gamerdinger a gravi tous les échelons jusqu’au poste de directeur. Jean-François Ottonello

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

À Monaco, nous avons la culture en héritage

À la tête de la direction des Affaires culturelles depuis le mois de juin, Françoise Gamerdinger entame son mandat avec la volonté de favoriser la création et valoriser les spécificités nationales

Elle cite Malraux, forcément, qui avait déclaré : « La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert. » Mais adapte aussitôt les mots de l’illustre écrivain et homme de culture français à la spécificité monégasque. « Je trouve la citation d’André Malraux très belle, mais à Monaco, nous avons un temps d’avance, on a déjà la culture en héritage ! Pour autant, il ne faut pas entrer dans une routine et toujours aller de l’avant pour la conquérir. »

Ainsi Françoise Gamerdinger résume-t-elle sa philosophie pour la vie culturelle du pays. Au sein de la direction des Affaires culturelles, elle a gravi tous les échelons depuis son intégration en 2002, jusqu’à en prendre la tête en juin dernier. L’apogée d’une « deuxième » carrière pour celle qui fut professeur de lettres au collège Charles-III, dans une autre vie. « Mais je dois dire que sur le rôle, la détermination, la volonté, il y a peu d’écart entre le fait d’enseigner et celui de vouloir faire partager la création culturelle. C’est la même veine. »

Dans ce service, créé en 1966, Madame le directeur - elle tient à garder le masculin - encadre 54 personnes et a un œil sur toutes les activités culturelles du pays. Siégeant notamment dans tous les conseils d’administration des entités culturelles de la Principauté, la plupart du temps au poste de secrétaire général. « Ce qui permet une concertation régulière, un suivi au quotidien avec tous les acteurs, et sert de relais avec le gouvernement », précise-t-elle.

Un poste clé pour cette passionnée d’expressions artistiques en général et de littérature et de théâtre en particulier, qui conserve également sa casquette de directrice du théâtre Princesse-Grace dans cette nouvelle mission.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.