A Monaco, l'hôtel 4-étoiles "Méridien Beach Plaza" a fêté ses 50 ans d'existence

Le Prince Albert II et 250 invités étaient réunis autour de la piscine jeudi dernier. Avec son demi-siècle d’existence, l’établissement 4 étoiles attend de vivre une nouvelle jeunesse

Joelle Deviras Publié le 21/09/2022 à 20:26, mis à jour le 21/09/2022 à 11:56
Autour du Prince Albert II, Michel Miserez, de Marriott International, Manuel de Vasconcelos, directeur général du Méridien Beach Plaza et Ronny Maier, de Marriott International. Photo Y. G.

"Cet hôtel a une âme spéciale." Manuel de Vasconcelos est lui aussi un directeur spécial. À l’issue de la fête d’anniversaire qu’il a organisé jeudi dernier à l’occasion des 50 ans de l’hôtel, avec le Prince Albert II, 250 invités, et le groupe Nouvelle Vague conduit par Marc Collin, il a donné à tous une "lettre d’amour".

"Bien plus qu’un hôtel, je suis un lieu où locaux et voyageurs peuvent se connecter à l’âme de Monaco comme nulle part ailleurs, créer des souvenirs durables au fil de leur vie, parfois depuis leur plus tendre enfance. Je me suis toujours engagé à être un reflet fascinant de votre riche culture, de votre cuisine cosmopolite, de votre scène artistique, et surtout de votre "Monaco way of life"".

Au micro, le Souverain a encouragé Manuel de Vasconcelos et ses équipes à "continuer à faire vivre ce bel établissement." Pour le chef de l’État, le Méridien s’inscrit dans les souvenirs d’enfance. "Le Prince a participé à l’inauguration de l’hôtel et s’en rappelle bien. Il avait 14 ans", explique le directeur général. Après avoir salué quelques anciens spécialement venus pour l’occasion - notamment Raymond Viano, 43 ans chef concierge et parti à la retraite à plus de 70 ans -, les deux hommes ont cheminé au bord de la piscine où des stands proposant cocktails et amuse-bouches retraçaient les différentes époques de l’hôtel.

"Des salariés fidèles"

Le directeur général du Méridien Beach Plaza, rattaché au groupe Marriott, à la tête du quatre étoiles, travaille, dort et mange à l’hôtel depuis 11 ans. Ce lieu, c’est sa maison. Et les 230 salariés en hiver, 400 en été sont un peu comme des membres de sa famille.

 

"J’ai une très bonne équipe. Nous avons certes eu quelques difficultés à trouver des salariés cet été - mais moins qu’ailleurs. Ici, les gens sont fidèles."

Lui qui a travaillé au Prince de Galles à Paris a jeté l’ancre en Principauté il y a onze ans. À la tête de ce paquebot dont les murs appartiennent à l’État monégasque et pour lequel la Société des Bains de Mer est locataire, Manuel de Vasconcelos espère voir le contrat de gestion du Méridien renouvelé une nouvelle fois avec la SBM. "Nous avons une date butoir en septembre 2023 ; mais attendons à tout moment que ce contrat soit prolongé."

Mais ce que souhaite le directeur général, c’est que soient entrepris de vastes travaux pour remettre l’établissement au goût du jour.

"Il y a des améliorations à faire. L’hôtel le mérite. C’est le seul établissement hôtelier monégasque à avoir une plage privée face à la réserve sous-marine où nagent librement les poissons. Sa localisation est fantastique. Plusieurs projets ont été présentés y compris les plus farfelus. Pour l’instant, rien de concret ne se dessine. Je sais seulement que le bâtiment devrait rester un hôtel et que le gouvernement veut le maintenir en quatre étoiles. C’est dans cette catégorie que nous avons notre place."

Alors aujourd’hui, Manuel de Vasconcelos caresse un rêve. "Voir le Méridien frais, neuf, beau, attractif, plein de charme. Que les gens aient envie de le manger. J’imagine un hôtel animé, avec de la musique, qui mêle intimité et gaîté, des coins cachés pour regarder le coucher du soleil…"

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.