“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

A Monaco, le Salon Top Marques se projette déjà en 2020

Mis à jour le 05/06/2019 à 11:24 Publié le 05/06/2019 à 10:30
« La McLaren Grand Tourer a fait fureur », se félicite Salim Zeghdar.

A Monaco, le Salon Top Marques se projette déjà en 2020

Le Salon dédié aux véhicules de luxe a fait le plein avec une épée de Damoclès au-dessus du capot. La fourrière affiche complet mais "les incivilités ont été maîtrisées" selon l’Intérieur

C’était l’édition de tous les défis pour Salim Zeghdar, nouvel organisateur du salon Top Marques. Après cinq jours d’exposition et de business, l’heure était au soulagement pour ses équipes, ce mardi matin, au moment du bilan.

Des allées courues par le public au Grimaldi Forum, des exposants conquis, sept avant-premières mondiales présentées à Monaco, le tout sans débordement majeur à déplorer en marge du Salon.

Menacé de disparaître au moindre dérapage, Top Marques semble donc avoir saisi sa dernière chance et, au passage, réussi son pari de renouer avec son ADN, les supercars. « C’était un salon très qualitatif », se réjouit Salim Zeghdar, qui se projette déjà en 2020, où le format pourrait encore évoluer et le plateau s’étendre aux classic cars de sport. Pourquoi pas avec un nouveau partenaire prestigieux…

À chaud, quel bilan dressez-vous de votre premier Top Marques ?
Un bon bilan. Tous les exposants sont contents. À l’exception d’un, ils ont tous proposé de re-signer pour l’année prochaine. Pas mal de ventes ont été faites au niveau des voitures ou des bateaux et je suis très heureux, d’autant que j’étais un peu inquiet car c’était ma première.
En ville, ça a été maîtrisé grâce à la collaboration entre la Sûreté publique et le Département de l’Intérieur. ça a été plutôt calme en Principauté et les retours sur les réseaux sociaux ont été positifs.

Votre choix de renouer avec l’ADN du Salon, c’est-à-dire les supercars, a-t-il été bien perçu ?
Oui ! J’ai reçu de nombreux messages, dont un de Laurie Lewis [fondateur de Top Marques, ndlr] qui nous félicitait pour la « qualité des exposants, l’excellence des sponsors, les conditions d’accueil et l’atmosphère proposés aux visiteurs au Grimaldi Forum ». Il termine par : « Vous pouvez être fiers de votre premier Top Marques ».

Êtes-vous satisfait en termes de fréquentation ?
Je ne sais pas où les précédents organisateurs ont trouvé leurs 40 000 visiteurs [chiffre annoncé les années précédentes, ndlr]. En tout cas, on était à bloc et on n’a pas fait 40 000. Au total, nous avons 14 218 visiteurs.

Et côté ventes ?
Devinci a vendu six voitures ; Brabus deux. Les joailliers ont vendu. Les Water Toys de luxe ont marché. Un king-boat a été vendu. Notre partenaire Rebellion a vendu des montres, Shelby a vendu une voiture (...) Zacaria a deux propositions importantes pour vendre sa voiture [une Formule 1 homologuée pour la route, ndlr] et Ferox [et son tout-terrain à 6 roues Azaris, ndlr] veut revenir l’année prochaine avec un autre modèle encore plus original.
Je n’ai pas encore eu les retours de tous les exposants mais certains ont aussi eu de très bonnes touches, comme Monaco Luxury Group. Après, c’est à eux de faire le job. L’Atelier du Gentleman a pris de très bons contacts pour ses motos, Stajvelo [vélo électrique distribué à Monaco, ndlr] a aussi de très bons contacts et très qualitatifs. Quant à la McLaren Grand Tourer, elle a fait fureur !

Le créneau, juste après le Grand Prix de Monaco, a-t-il été porteur ?
Une chose est sûre, les gens qui venaient ne venaient pas par hasard, mais pour Top Marques. Donc, désormais, je ferai le Salon à des dates où il n’y a que Top Marques.
Le Salon ne disparaîtra pas donc…
Je ne pense pas. En tout cas le fait que le Salon ait créé des débordements en Principauté, cet argument-là on ne pourra pas me l’opposer. J’ai la ferme intention de revenir l’année prochaine.

Une réunion avec le Ministère de l’Intérieur est-elle programmée ?
Oui. On travaille en étroite collaboration avec les équipes du conseiller Patrice Cellario et de Christophe Prat. On était en contact tous les jours. J’ai respecté les engagements et on va continuer.

Avec quelles idées en tête ?
Des constructeurs qui étaient seulement invités cette année ont décidé de revenir comme exposants. Je confirme aussi la présence l’année prochaine d’un Département de voitures anciennes, des classic cars de sport des années 60, 70 et 80. Porsche, Mustang, Chevrolet, Ferrari… des voitures d’époque qui seront à vendre. On a pris quelques contacts très étroits avec le salon parisien Rétromobile [Salon international des voitures de collection, ndlr]

Pour proposer un panel de l’auto d’hier à celle de demain ?
Oui, c’est l’idée. Et en allant vers les modèles électriques et les nouvelles technologies. La voiture à l’eau salée a vraiment intéressé et intrigué les visiteurs. Les voitures électriques ont fait le plein, que ce soit Tesla ou Devinci, comme les voitures hybrides. Puritalia et sa Berlinetta ont trouvé des gros contacts et probablement même un distributeur sur Monaco.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.