Rubriques




Se connecter à

A Monaco, la Sûreté publique vigilante face aux menaces de l’été

Avec l’augmentation des flux de personnes sur le territoire, la police monégasque accroît ses effectifs, ses contrôles et sa politique de prévention. Objectif: prévenir les infractions.

Thibaut Parat Publié le 25/07/2022 à 13:45, mis à jour le 25/07/2022 à 13:33
L’été, la présence policière est renforcée avec une trentaine de personnels en plus. Photos archives Monaco-Matin

Cela n’aura pas échappé aux fins observateurs de la Principauté. Depuis le Grand Prix de Monaco, 79e du nom, la fréquentation touristique ne cesse de grimper crescendo dans le pays.

Une bonne nouvelle pour l’économie monégasque - notamment pour les boutiques de souvenirs nichées sur le Rocher - longtemps malmené par la pandémie de Covid-19 et les mesures sanitaires qui en ont découlé. "On enregistre des chiffres de fréquentation et des flux de voitures supérieurs à l’année 2019", confirme Patrice Cellario, conseiller de gouvernement - ministre de l’Intérieur.

Les effectifs de la Sûreté publique renforcés

La conjugaison de ces populations en été - locale, touristique et salariée - a conduit les autorités à activer le "plan de surveillance renforcée", comme elle le fait d’ailleurs lors des fêtes de fin d’année.

En d’autres mots: la vigilance de la Sûreté publique s’accroît.

 

Cela passe, avant tout, par des renforts d’effectifs en cette période cruciale. Une trentaine d’agents supplémentaires, en tenue et en civil. "Il y a trois objectifs majeurs, expose Richard Marangoni, contrôleur général en charge de la direction de la Sûreté publique. La maîtrise de la circulation routière, les problèmes d’ordre public avec beaucoup d’événementiel à gérer et, enfin, éviter les infractions en matière de police judiciaire."

"Parfois du relâchement"

Une attention particulière est portée sur les risques de cambriolage, souvent commis en été, même si la Principauté est, pour l’heure, relativement épargnée par la loi des séries. "Mais aussi sur les vols de montres de luxe. Il y a une recrudescence de ceux-ci sur la Côte d’Azur", explique le patron de la police monégasque.

Aux frontières, mais aussi en gare ferroviaire, consigne a donc été donnée d’accroître la présence d’uniformes avec des barrages et contrôles de véhicules plus fréquents. Le tout couplé à une présence discrète, en ville, de policiers en civil, plus opérationnels pour constater le flagrant délit.

"On rappelle aussi les principes simples de prudence aux syndics d’immeubles, aux commerces. Le haut niveau de sécurité à Monaco conduit parfois à un peu de relâchement", note Patrice Cellario.

Ces échanges d’informations, de conseils, de diffusions d’alerte avec les acteurs locaux à l’année - essence même du plan "Monaco, a safe city" - s’intensifient l’été.

 

Un fléau: l’alcoolémie

Mais le fléau de l’été, sans surprise, ce sont les excès générés par la consommation d’alcool, lesquels abondent au tribunal correctionnel de Monaco : bagarres, accidents de la route et, plus rare, des menaces et agressions envers les policiers. Les contrôles d’alcoolémie inopinés, à la sortie des établissements de nuit, se veulent plus fréquents.

"Mais c’est surtout une question de prévention, en amont. On sensibilise les établissements et leurs responsables pour que tout le monde y participe, fait savoir Richard Marangoni. La brigade des mineurs et le service de police judiciaire sont chargés d’opérer des contrôles pour toutes les autres problématiques qui peuvent se poser la nuit : les violences, la toxicomanie, la présence de mineurs dans ces établissements et, enfin, les nuisances sonores, une grande problématique ces dernières années sur laquelle il y a eu de gros efforts." 

Sans oublier aussi la prostitution. Si celle-ci est légale et surveillée à Monaco, le proxénétisme et le racolage sont, en revanche, pénalement répréhensibles.

Contrôles, baignade, pollution... la surveillance s’opère aussi en mer

Une présence policière sur terre, certes, mais aussi en mer. Une surveillance assurée par la Division de police maritime et aéroportuaire (DPMA) qui, ces dernières années, a profité du renouvellement de ses unités d’intervention.

Ainsi, le Libecciu et la vedette Princesse Gabriella, laquelle a remplacé la vieillissante Vigilante, patrouillent régulièrement dans les eaux territoriales monégasques, davantage fréquentées en cette période estivale.

"Les agents contrôlent ponctuellement les bateaux de plaisance pour s’assurer que les règles de bienséance et le Code de la mer sont respectés. Une attention est également portée sur le risque de pollution maritime, détaille Richard Marangoni, contrôleur général en charge de la direction de la Sûreté publique. Il y a, aussi, une surveillance des nombreuses allées et venues, ainsi que de la vitesse, à l’intérieur des ports de la Principauté."

Les policiers qui pilotent les deux scooters des mers, acquis il y a quelques années, effectuent des rondes hors des zones de baignade et sont susceptibles d’intervenir rapidement en cas de noyades.

L’été, sur la plage du Larvotto, la DPMA est renforcée par huit maîtres-nageurs sauveteurs pour porter secours aux baigneurs en difficulté ou victimes de bobologie légère.

La semaine, la surveillance s’opère de 10h à 18h et de 9h à 19h, le week-end.

Les deux scooters des mers de la DPMA permettent d’intervenir très rapidement dans les eaux territoriales monégasques. Photo archives Monaco-Matin.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.