A Menton, une association écolo vous invite à des contre-soirées pendant les matchs de l'équipe de France au Qatar

Pour répondre à une attente de citoyens choqués par les conditions dans lesquelles se tient la grand-messe du foot, l’association Stand up for the Planet proposera des soirées parallèles pendant la Coupe du monde au Qatar, du 20 novembre au 18 décembre.

Article réservé aux abonnés
Alice Rousselot Publié le 11/11/2022 à 18:35, mis à jour le 11/11/2022 à 18:42
L’association ne veut pas se positionner en donneuse de leçon, mais entend proposer une alternative à ceux que la Coupe du monde au Qatar indigne. Archives Cyril Dodergny

Les passionnés de football ont d’ores et déjà inscrit les dates de la Coupe du monde – du 20 novembre au 18 décembre – à leur calendrier. Les citoyens horrifiés par la manière dont l’événement est organisé, aussi.

Soucieuse de boycotter la manifestation sportive au Qatar avec intelligence (et un brin d’impertinence), l’association Stand up for the Planet s’est ainsi attachée à soumettre une programmation alternative. Sur trois soirées où les spectateurs devraient être particulièrement nombreux devant leur écran.

Un événement "climaticide et meurtrier"

"Quand j’ai vu les horaires des matchs de l’équipe de France, toujours en fin de journée, je me suis dit qu’il y avait moyen de proposer d’autres événements au même moment", explique le responsable, Sébastien Uscher. Pour qui la Coupe du monde est un non-sens social et écologique. Un événement climaticide et meurtrier.

Pour preuve, il avance des chiffres : une empreinte carbone de plus de 3 mégatonnes de CO2 ; environ 6 750 travailleurs immigrés ayant trouvé la mort sur les chantiers des infrastructures dédiées à accueillir la compétition.

Les 22, 26 et 30 novembre, jours où la France jouera pour tenter de s’extraire de la phase de groupes, ceux qui le souhaitent pourront ainsi s’adonner à d’autres activités, davantage tournées vers la défense de l’environnement et de l’humain. France/Australie… mais pas que. France/Danemark… mais pas que. France/Tunisie… mais pas que.

 

"Faire autre chose et le faire savoir"

"On commencera par une Fresque du climat pour comprendre le problème. Avant la diffusion d’un film présentant des gens qui s’engagent, En Quête de sens, suivie d’un débat. Pour finir avec un atelier visant à réveiller l’imaginaire. L’idée c’est qu’il y ait au moins un petit groupe qui fasse le programme complet", souligne l’organisateur, qui a ouvert ses événements à 20 personnes.

Une boîte de communication niçoise ainsi que des citoyens mentonnais se sont déjà inscrits, indique-t-il. Précisant que ce programme alternatif répond à une attente de certains – qui souhaitaient "faire autre chose et le faire savoir".


La fresque et l’atelier se tiendront dans la voûte du club nautique, aux Sablettes. Quant au film, il sera dans un premier temps diffusé en visio, dans l’idée que tout le monde se retrouve ensuite pour un café-débat, afin d’échanger sur le sujet.

Chaque participant devra payer la somme symbolique de deux euros. Mais pour chaque participation, l’association puisera dans ses réserves – obtenues via les adhésions et les actions de formation auprès des collectivités – pour verser 50 euros à WWF (World Wide Fund for Nature).

"C’est une association structurée concernant ses rapports sur la biodiversité. Elle est carrée, clean, propose un accès à tous les documents. Et surtout, c’est une association de protection du vivant", légitime Sébastien Uscher.

 

Si l’équipe de France venait à aller plus loin dans la compétition ? Il y aura probablement une suite, mais elle reste à étudier, répond le fondateur de Stand up for the Planet.

L’attribution de la Coupe du monde au Qatar a beau dater d’il y a dix ans, le défenseur de l’environnement allègue un contexte qui a changé. Et des réalités qu’on ne pouvait pas nécessairement imaginer.

Pas question de juger ceux qui regardent

"On parle tout de même de passeports séquestrés, de salaires au rabais, de morts, de climatisation du désert, de liaisons aériennes en grand nombre pour rallier les stades depuis les pays voisins…", grince-t-il. D’autant qu’à ses yeux, le combat n’est plus synonyme de compétition mais d’interdépendance et de coopération.

"C’est ça l’avenir, y compris dans le sport." Pas question pour autant de se positionner en donneur de leçon vis-à-vis des gens qui regarderont les matchs. "Ils le font par passion du football, ça ne se discute pas. Mais l’initiative s’adresse à ceux qui sont indignés. Et cela pourra générer des débats le lendemain au travail…"

Renseignement sur la page Facebook « Stand up for the planet ». Réservation sur le site www.eventbrite.fr, en tapant "Menton" dans la barre de recherche.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.