“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

A Menton, ils ont marché pour la paix et la fraternité...

Mis à jour le 15/06/2020 à 20:39 Publié le 15/06/2020 à 20:38
Les membres des associations « Jardin de la Paix » et « Pax Medicalis » ont effectué 78 651 pas, symbole du matricule de Simone Veil au camp d’Auschwitz.

Les membres des associations « Jardin de la Paix » et « Pax Medicalis » ont effectué 78 651 pas, symbole du matricule de Simone Veil au camp d’Auschwitz. Photo Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

A Menton, ils ont marché pour la paix et la fraternité...

Deux ans, presque jour pour jour après l’inauguration du "Jardin de la paix-Simone Veil", anciens élèves du lycée Curie à l’initiative du projet et membres de l’association "Pax Medicalis" ont fêté le deuxième anniversaire de ce lieu, symbole de tolérance, installé au Parc du Pian.

"Lutter contre l’intolérance"

Comme l’an passé, ils se sont réunis au pied de la vieille ville pour une "marche de la paix et de la fraternité".

Depuis le musée Cocteau, ils ont rallié la sculpture imaginée par l’artiste roquebrunois Gérard Haton-Gauthier implantée au parc du Pian.

"Nous avons fait les 78.651 pas, symbole du matricule de Simone Veil au camp d’Auschwitz, explique Yasmine Bahlawane, ancienne élève du lycée Curie. Des discours ont été prononcés pour véhiculer notre message de paix et de fraternité afin de lutter contre l’intolérance et l’injustice."

Des valeurs qui font aujourd’hui écho aux mouvements citoyens de lutte contre le racisme qui naissent à travers le monde.

"La paix, la tolérance et la justice, c’est ce pour quoi on se bat depuis 2015, bien avant les mobilisations qu’on peut voir aujourd’hui", rappelle Adama Coulibaly, ancien lycéen et membre du Jardin de la Paix


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.