“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

À l'abri des regards, ils font tourner les spectacles

Mis à jour le 15/03/2017 à 05:20 Publié le 15/03/2017 à 05:20
Le théâtre Princesse-Grace compte sept salariés, dont les trois régisseurs.

Le théâtre Princesse-Grace compte sept salariés, dont les trois régisseurs. N.H.-F.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

À l'abri des regards, ils font tourner les spectacles

Les trois régisseurs du théâtre Princesse-Grace permettent aux représentations de se dérouler sur les planches. Ils préparent tout. Et s'assurent que les spectacles se passent bien

Le rideau s'ouvre. En face, les spectateurs occupent les fauteuils du Théâtre Princesse-Grace. La représentation démarre. Mais en coulisses, le spectacle se prépare depuis longtemps. Loin des regards du public, les trois régisseurs ont tous mis en œuvre pour qu'il puisse se dérouler. Ils ont préparé le terrain, avant la représentation. Entre deux spectacles, le régisseur général, le régisseur son et le régisseur lumière réparent le matériel, s'assurent que tout fonctionne, révisent ou réparent… Et durant la représentation, ils sont là, en coulisses, à faire en sorte que tout se déroule bien. Loin des yeux du public.

Lumière, son, régie générale

Chaque spectacle vient avec son ou ses régisseur(s).

« Pendant le spectacle, soit je suis à la console et le régisseur de la tournée me donne des tops, explique Patrice Garcia, régisseur lumière. C'est-à-dire à quel moment envoyer chaque effet de lumière. Soit c'est lui qui intervient directement et je l'assiste en cas de problème ».

Il faut alors suivre le texte et envoyer le bon effet de lumière au bon moment…

Même chose pour le son. Franck Pagano, régisseur son, « donne tous les moyens au régisseur de la tournée ». Et parfois, « je dois remplacer le régisseur de la tournée. Mais c'est assez rare ».

Son job : faire en sorte que le son soit restitué dans les enceintes, envoyer les sons "off" ou les effets sonores, bruit de porte, de voiture…

Le travail des régisseurs a parfois commencé un an à l'avance. Thierry Marion, régisseur général, est « en train d'étudier les fiches techniques d'octobre à mai 2018 ». Car avant le lancement de la saison, il faut savoir si techniquement, le Théâtre Princesse-Grace peut accueillir un spectacle donné. Savoir si un décor passe les portes, par exemple. Et « un mois à l'avance », des contacts sont pris avec le régisseur de la tournée. Afin de vérifier la fiche technique et de convoquer le personnel nécessaire, machinistes, électriciens… et s'occuper des moindres détails. « Prévoir le stationnement du camion, s'assurer que quand le camion s'en va, les routes seront ouvertes », aider au déchargement du camion… Et puis il y a tout le reste, entre deux représentations. « La maintenance de la maison », résume Thierry Marion dans un sourire. Avant le spectacle, il s'assure que le public est rentré dans la salle. Donne le top départ quand tout est prêt, dans la salle et en coulisses. Puis vérifie qu'il n'y a pas de retardataires. Si le spectacle est sonorisé, il enlève le casque qui le relie aux autres régisseurs pour s'assurer que le niveau sonore est bon. Revient sur scène en cas de changement de décor. Fait le tour des loges, de la régie… Un travail invisible… mais qui permet aux spectateurs de profiter de la représentation. Sans qu'ils ne le remarquent.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.