Rubriques




Se connecter à

À l’abordage du Musée Naval de Monaco !

Sur les Terrasses de Fontvieille, le Musée Naval de Monaco abrite plus de 250 maquettes de bateaux et d’objets marins. Une collection unique au monde répartie sur des locaux de 660 m2

Romy Fuster Publié le 21/02/2019 à 10:09, mis à jour le 21/02/2019 à 10:09
Le pont du paquebot « Leonardo de Vinci » avec ses trois piscines.
Le pont du paquebot « Leonardo de Vinci » avec ses trois piscines. R.F.

C’est par une torpille de près de 7 mètres de long et visible avant même de pénétrer dans les lieux que la visite du Musée Naval débute.

À l’intérieur, Poséidon, Dieu de la mer et des océans, donne le ton. Derrière lui, une importante collection de près de 250 maquettes de bateaux et objets de marine acquise par le Docteur Claude Pallanca, aujourd’hui directeur de l’établissement, et enrichie par la collection personnelle du prince Rainier-III.

Navires antiques, navires escorteurs, navires de débarquement, dragueurs de mines, porte-avions, sous-marins, torpilles, paquebots, dirigeables, cuirassés et tant d’autres merveilles occupent les 660m2. Une véritable encyclopédie maritime.

 

De l’Antiquité à nos jours

Et ce qui fait la richesse de ces maquettes, outre leur diversité, est bien l’évolution technique des différents types de navire au fil des siècles. « Ici, on peut observer des maquettes qui datent de l’Antiquité jusqu’au XXe siècle. C’est vraiment complet », déclare Jean-Louis Navarro, garde du corps de ces bijoux historiques.

Et justement, des navires antiques, il y en a à la pelle. Navire de transport romain, navire marchand hébreu, ou encore barque funéraire égyptienne. Une collection qui démontre l’importance des échanges commerciaux par voie fluviale à cette époque.

Plus loin, l’œil est attiré par une imposante gondole. tout droit venue de Venise. Il ne manque plus que la mer et on s’y croirait presque.

 

Des détails saisissants

Mais le plus frappant, ce sont les détails des maquettes, empreints de réalisme. Le paquebot de croisière transatlantique du XXe siècle « Leonardo De Vinci », long de 234 mètres, domine une partie de la pièce. Les détails sont tels que l’on peut apercevoir les petites bouées à l’intérieur des canots de sauvetage. Trois piscines, des chaises longues et des parasols sont présents sur le pont, à l’arrière du navire.

À côté, les bateaux pirates nous font voyager à une autre époque encore. Et puis, c’est au tour du Titanic, tristement célèbre par son naufrage en 1912 dans l’océan Atlantique, de nous plonger des années en arrière. Nul doute que ces maquettes raviront connaisseurs, amateurs et autres néophytes. Plus aucune excuse pour ne pas embarquer à bord du Musée Naval, même pas le mal de mer !

Un des nombreux bateaux pirates.
Un des nombreux bateaux pirates. R.F..
Poséidon est le gardien de cette collection maritime unique.
Poséidon est le gardien de cette collection maritime unique. R.F..
La maquette du très célèbre Titanic, long de 169 mètres.
La maquette du très célèbre Titanic, long de 169 mètres. R.F..
Des canots quittant le navire.
Des canots quittant le navire. R.F..

Offre numérique MM+

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.