“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Pour préserver nos stations A Gréolières, sans les canons, on n'existerait plus 8 1952 50

Mis à jour le 25/01/2016 à 05:14 Publié le 25/01/2016 à 05:13
Une des clés du projet : augmenter la réserve d'eau de 16 000 à 60 000 m3.

Une des clés du projet : augmenter la réserve d'eau de 16 000 à 60 000 m3. Franz Chavaroche

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Pour préserver nos stations A Gréolières, sans les canons, on n'existerait plus 8 1952 50

Gréolières est l'une des stations les moins bien équipées de la région aujourd'hui, mais cela ne va pas durer.

Gréolières est l'une des stations les moins bien équipées de la région aujourd'hui, mais cela ne va pas durer. L'an prochain, elle aura quintuplé sa capacité d'enneigement artificiel. Les enjeux, elle les mesure mieux que personne, elle qui, à 1 400 m d'altitude, n'a ouvert que quelques rares pistes.

« Sans les canons, je pense qu'on n'existerait plus », estime Jean-Paul Rouquier, directeur de la station. « Quand j'ai commencé, en 78, il y avait de la neige un an sur deux. Des commerces ont fermé, des gens formés sont partis. En 86, après deux ans sans neige, on a installé les premiers canons. »

Trente ans plus tard, « Gréo » dispose de 80 machines. Mais compte tenu de la faible capacité de l'unique retenue d'eau et d'un manque de puissance de pompage, seuls 7 à 8 peuvent fonctionner en même temps. « On a une carrosserie de Ferrari avec un moteur de 2 CV. » Les canons ont tout de même tourné ces dernières nuits pour accueillir une partie des scolaires, « les skieurs de demain », et maintenir un minimum d'activité et d'économie. L'enjeu est toujours là.

« Sans les canons, on n'aurait pas les emplois créés dans les villages alentour. Tous nos saisonniers en sont originaires, parce qu'on ne pourrait pas les loger autrement. Tous les hivers ils viennent travailler, certains depuis 25 ans. On forme les jeunes. Pour tous, ce n'est pas du travail précaire, ils comptent dessus. C'est aussi notre particularité et notre force : on n'a pas besoin de recruter loin, on est polyvalents et réactifs. S'il neige un vendredi, tout le monde sera là toute la nuit et le domaine sera prêt dès le lendemain. »

En attendant que l'or blanc tombe du ciel, seuls les saisonniers les plus anciens et les plus polyvalents sont en action. Les autres patientent. L'an prochain, ils pourront être plus nombreux à œuvrer si les conditions météo sont les mêmes, grâce à un effort d'équipement et un chantier majeurs (lire ci-dessous).

L'hiver prochain, il y aura 35 canons supplémentaires, les plus anciens seront remplacés par une génération 10 fois moins énergivore, la retenue d'eau passera de 16 000 à 60 000 m3. Ce que le système actuel met 6 jours à produire, le nouveau le fera en une journée. La puissance permettra d'alimenter des canons plus hauts, d'enneiger une grande piste bleue et de faire marcher le télésiège. « Ce projet, on l'attend depuis dix ans… », sourit le directeur de la station. Les travaux doivent débuter dès la fin de la saison.

Le coût, tout compris (il est aussi prévu de démolir et reconstruire un bâtiment technique et de déplacer le téléski des Écureuils), se monte à 4,4 Me.

L'idée n'est pas une course à l'équipement, mais un juste équilibre. « Gréolières n'est pas Courchevel. Si on a trop de canons, la dépense énergétique sera trop lourde. Mais il en faut suffisamment. Si on tombe sur deux saisons sans neige, les commerces vont mettre la clé sous la porte. Et quand la neige reviendra, on n'aura pas assez de skis à louer, de restaurants, etc. »

Franz Chavaroche
Frantz Bouton

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.