“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

À Buenos Aires, les athlètes prennent leurs marques

Mis à jour le 06/10/2018 à 05:07 Publié le 06/10/2018 à 05:07
Claudia Verdino et Émilien Puyo natation.

Claudia Verdino et Émilien Puyo natation. Stéphan Maggi/COM

À Buenos Aires, les athlètes prennent leurs marques

Les jeunes sportifs monégasques engagés pour les Jeux olympiques de la jeunesse d'été en Argentine ont découvert les infrastructures avant le début de la compétition

Partie pour l'Argentine afin de prendre part aux Jeux olympiques de la jeunesse d'été, la délégation monégasque vient de poser ses valises au village de Jeux à Buenos Aires. Et les jeunes athlètes sont subjugués, alors même que la compétition n'a pas encore débuté.

« Je ne m'attendais pas à ça : c'est géant ! » A 15 ans, Émilien Puyo (natation) en a pris plein les yeux depuis son arrivée en Argentine. Le plus jeune représentant de la délégation monégasque en lice pour ces 3e Jeux olympiques de la jeunesse d'été savoure, « il y a certes le décalage horaire et le rythme à prendre, mais c'est vraiment unique ici. » Même son de cloche pour Claudia Verdino (16 ans, natation) : « j'ai connu les championnats du monde, mais ces Jeux c'est un format qui n'a rien à voir. »

Impressionnés

Du côté des beach-volleyeurs, on est sous le charme. « On est impressionnés par les infrastructures » souligne Olivier Lanteri (16 ans), « on n'imaginait pas ça, du coup, on ressent une certaine pression supplémentaire ». Son compère Ludovic Palmaro (17 ans) met en exergue « le partage qu'il existe déjà avec toutes les autres nations, alors qu'on est ici que depuis quelques jours : c'est comme une grande famille. Et quand tu te poses deux minutes, que tu regardes autour de toi, c'est là que tu dis que c'est tout simplement magique ce que tu es en train de vivre. ».

Avec l'arrivée de Charlotte Afriat hier, la délégation rouge et blanche est à présent au complet.

« Un contexte exceptionnel »

« Nous avons déjà vu des très belles choses, avec des installations de grande qualité. Le contexte est exceptionnel, puisqu'un recordman du monde (50 m dos) sera présent pour ces Jeux. C'est dire le niveau » souligne Michel Pou, entraîneur de la natation. « Claudia et Émilien prennent leurs marques et doivent monter en puissance avant le jour J ».

Venu quelques jours avant tout le monde en éclaireur, Mathias Raymond (chef de mission) reconnaît avoir dû « essuyer quelques plâtres au niveau des appartements que l'on occupe. C'est normal car le village des athlètes est neuf. Grâce à la réactivité du comité d'organisation, on a pu rapidement résoudre ces problèmes. On est bien installés. Je sens nos athlètes curieux, de par l'événement unique qui demande beaucoup d'attention. Le flot de personnes est en effet permanent, il y a du bruit, de la musique, l'animation est constante au quotidien… Il faut savoir appréhender cet environnement au mieux ».


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct