“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

A Breil-sur-Roya, les sinistrés de la tempête Alex toujours dans l'attente de leur indemnisation. Excédés, ils témoignent

Mis à jour le 12/04/2021 à 10:52 Publié le 12/04/2021 à 12:00
"Les baies vitrées sont tombées, l’eau est montée jusqu’au plafond et a tout détruit", témoigne Anaïs,habitante de Brei

"Les baies vitrées sont tombées, l’eau est montée jusqu’au plafond et a tout détruit", témoigne Anaïs,habitante de Brei Photo DR

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

A Breil-sur-Roya, les sinistrés de la tempête Alex toujours dans l'attente de leur indemnisation. Excédés, ils témoignent

Six mois après le passage de la tempête Alex, les sinistrés peinent à se faire indemniser par leurs assureurs. Une situation que dénoncent les maires et le préfet Xavier Pelletier. A Breil-sur-Roya, des sinistrés qui ont tout perdu, déplorent l'attitude de leurs compagnies d'assurance. Une attitude qui les contraint à vivre de façon précaire. Ils témoignent.

Anaïs a tout perdu dans la nuit du 2 au 3 octobre. Enceinte de neuf mois, la jeune femme quitte son appartement en rez-de-jardin dans le quartier d’Isola, à Breil-sur-Roya, avec un sac à dos, son mari et son chien, le temps que passe la tempête. Quand elle rentre le lendemain, il ne reste rien. "Les baies vitrées sont tombées, l’eau est montée jusqu’au plafond et a tout détruit." Y compris les affaires du bébé. "J’ai dû tout racheter et trouver un nouveau logement." À ses frais.

"Silence radio"

Depuis le sinistre, Anaïs peine à se faire indemniser. "J’ai eu un acompte après la tempête et après, plus rien. Je n’ai toujours pas de chiffrage. Donc je ne sais pas combien j’aurai ni quand je vais être remboursée. Je n’ai pas de base sur laquelle discuter avec mon assurance, je ne peux pas faire appel à un expert d’assuré ni me projeter."

Et quand elle veut contacter sa compagnie, elle finit toujours par être déboutée. "Je n’arrive à avoir personne. Ça m’a pourri mon congé maternité, mon moral." Et puis en février, la mairie de Breil lui annonce que le quartier d’Isola sera réhabilité. Enfin une bonne nouvelle! Elle informe aussitôt son assureur qui lui rétorque que sans preuves ni document de la préfecture, il n’y aura pas de chiffrage.

Excédée, Anaïs fait appel à un avocat qui assigne la compagnie à donner un chiffrage. Efficace. "Ils sont venus le faire fin février, mais après, silence radio."

Et de souffler: "On a toujours été en règle, payé nos cotisations... On avait toutes les options pour être assurés en tout risque. Je pensais que ça serait simple. Ce n’est pas juste."

Un peu plus loin dans le village, M. peine aussi à être indemnisée. Son immeuble est sous le coup d’un arrêté d’évacuation depuis six mois, après l’apparition de nouvelles fissures sur un bâti déjà instable. Son appartement a aussi été en partie inondé à cause des fortes pluies.

"Épée de Damoclès"

Après avoir été hébergée deux mois par sa belle-famille, M. a loué un appartement pour sa famille qu’elle doit bientôt libérer. "C’était une solution provisoire, souffle-t-elle. J’ai une épée de Damoclès sur la tête."

L’argent de l’assurance pourrait l’aider, encore faut-il qu’il soit versé. "On a eu une expertise le 15 décembre et depuis, plus de nouvelles. L’assurance attend de savoir si le bâti sera restauré ou détruit, et dans ce cas, si le fonds Barnier peut prendre en charge une partie de l’indemnisation. J’estime qu’on doit nous indemniser à la hauteur de ce qu’on a perdu." Et vite.

Des résiliations de contrat ?

Des compagnies vont-elles résilier le contrat de sinistrés d’Alex? Certains craignent un tel scénario. Pierre Schorter, représentant de la Fédération nationale des assurances, l’a déjà constaté. "Un assureur a résilié un contrat pour un bien situé en zone rouge. Il a été rétabli en deux heures", après intervention de sa part. à Mandelieu-la-Napoule, une résidence a fait cette amère expérience. L’Argentière a subi les inondations d’octobre 2015, puis novembre-décembre 2019. Les leçons du premier sinistre ont servi. Lors du deuxième, les copropriétaires sont indemnisés. Mais fin 2020, la SAMCL leur signifie la fin de leur contrat "multirisques immeuble".

"C’est son droit. Mais cela nous place dans une situation compliquée", témoignait Christiane Alunni, membre du conseil syndical, dans nos éditions du 16 janvier. Cinq compagnies refusent de reprendre le flambeau. Le syndicat des copropriétaires se résout à saisir le Bureau central de tarification. Cette autorité administrative indépendante peut imposer à un assureur de proposer un nouveau contrat et d’en fixer le prix. Une solution a minima, pour les copropriétaires: la prise en charge pourrait se limiter à la responsabilité civile.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.