Rubriques




Se connecter à

A 23 ans, il a reconstruit entièrement Menton et Monaco pour le jeu vidéo "Minecraft"

En plein confinement, Bastien Servant s’est mis à construire Menton sur le jeu vidéo Minecraft. Après avoir réalisé les emplacements les plus emblématiques de la ville, il poursuit avec Monaco.

Fiona Barrile Publié le 24/05/2022 à 08:00, mis à jour le 24/05/2022 à 11:30
Bastien s’est lancé dans ce projet pendant le premier confinement. Photo F. B.

Construire Menton dans le jeu vidéo Minecraft? C’est possible et c’est la mission que s’est donnée Bastien Servant, pendant le confinement. À cette époque peu connaisseur du jeu, il se lance après avoir regardé la vidéo YouTube de Pippenfts, un joueur Américain.

"Il l’a publié peu de temps avant le confinement, proposant de recréer la terre entière dans le jeu, se rappelle le Mentonnais, qui vit aujourd’hui à Nice. Je me suis dit que cela avait l’air incroyable, alors j’ai tenté ma chance en mars 2020 et je n’ai pas lâché depuis."

Le jeune homme de 23 ans n’est pas le seul à avoir été inspiré par le projet, nommé Build the earth. Ainsi, de nombreux pays ont aujourd’hui leur propre équipe, dont la France, avec 5.000 joueurs (sur 200.000 au total). Pour l’avancée du projet, chaque participant choisi le lieu qui lui plaît, tant qu’il n’est pas déjà occupé par quelqu’un d’autre.

"C’est ma ville, je me fais confiance"

Tout naturellement, Bastien s’est tourné vers Menton, commune où il a grandi. "J’avais envie de la faire moi-même, car c’est ma ville et que je me fais confiance. Je me suis dit qu’en le faisant moi, cela sera un peu plus joli."

 

Petit à petit, et malgré le peu de connaissances qu’il a du jeu, Bastien construit une partie de Menton. Il débute par la place de la mairie, avec l’école primaire Hôtel de Ville.

Il poursuit avec la vieille ville, notamment la basilique Saint-Michel, son clocher et sa place, puis les Halles de Menton, une partie du musée Cocteau et… le McDonald’s, en face du musée! "Le McDonald’s, pour moi c’est important", rigole le vingtenaire.

Tout cela, Bastien l’exécute avec une précision stupéfiante, en s’aidant simplement de Google Maps, Google Earth, et de ses connaissances. "On fait du street view et on connaît les mesures de chaque bâtiment grâce à Google earth. Après, comme certains endroits ont été restaurés, de temps en temps je passais à Menton, pour voir si cela correspondait aux images sur Internet."

Monaco, "la ville la plus avancée du jeu"

Le Mentonnais a mis environ trois jours pour réaliser chaque point. Un travail de longue haleine, qui nécessite "de jouer avec les formes, pour que cela match le plus possible." Mais, après un an de construction, la fierté de réaliser sa ville a fini par se transformer en lassitude.

 

De ce fait, il a fini par se tourner vers Monaco, où il travaille en tant qu’agent portuaire. Cette nouvelle mission a débuté en 2021, lors d’un événement international lancé par le joueur Pippenfts.

"L’année dernière, il a proposé à tous ceux qui participent au projet Build the earth de se concentrer sur Monaco, pendant un mois. Une centaine de personnes y ont contribué et maintenant c’est la ville la plus avancée du jeu." Avec Monte Carlo, le port et ce qui l’entoure de globalement terminés sur Minecraft.

Construire sur cette zone est donc plus « plaisant » pour Bastien, qui s’amuse à recréer les bateaux qu’il amarre ou aperçoit lorsqu’il travaille. Ceux qui l’ont "marqué".

Il a également tenté de constituer tous le fond marin du port de Monaco.

"Je l’ai entièrement réalisé, en me basant sur les cartes marines, que je sais lire grâce à mon permis bateau", précise le Mentonnais.

Ainsi, si le projet Build the earth est encore très loin de se concrétiser, il est déjà possible, avec la participation de Bastien, de visiter une partie de Menton et de Monaco sur Minecraft.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.