“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

7 h 55 - 23 h 24 : le film d'une journée marathon

Mis à jour le 12/02/2018 à 05:11 Publié le 12/02/2018 à 05:11
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

7 h 55 - 23 h 24 : le film d'une journée marathon

La dernière ligne droite aura été la plus longue et la plus éprouvante pour les organismes des 72 candidats. Hier, pour le jour J, ils ont été sur le pont pendant près de vingt heures

Quelle journée ! Et au moment où nous mettions sous presse, la nuit dernière à 0 h 30, elle était encore loin d'être terminée. Hier, les 72 candidats aux élections nationales se sont retrouvés sur le parvis de l'Espace Léo-Ferré avant que n'ouvre l'unique bureau de vote de la Principauté, à 8 h. Jusqu'à la fermeture à 19 h, ils s'y seront relayés pour assurer l'accueil des électeurs, via une haie d'honneur permanente dont seule variait la longueur au fil de la journée, et la distribution des tracts. Puis, après s'être réunis en début de soirée dans leurs QG respectifs (lire page précédente), bon nombre des candidats sont revenus dans la grande salle municipale pour assister au dépouillement. Et ce, jusqu'à tard dans la nuit. Retour, presque minute par minute, sur cette journée d'élection marathon.

7h55

Le bureau de vote de l'Espace Léo-Ferré est sur le point d'ouvrir. L'ambiance est plutôt bon enfant sur le parvis. Les nombreux candidats des différentes listes se saluent et se souhaitent « bon courage » pour cette journée marathon.

8h08

Jean-Louis Grinda (Union monégasque) est la première tête de liste à voter.

8h16

Huit minutes plus tard, Béatrice Fresko-Rolfo (Horizon Monaco) dépose à son tour un bulletin dans l'urne.

8h19

Le maire de Monaco, Georges Marsan, se glisse entre les trois têtes de liste pour accomplir son devoir électoral.

8h29

Vient le tour de Stéphane Valeri (Primo !) de voter, suivi de peu par l'actuel président du Conseil national, Christophe Steiner. Avec le recul, cela ressemble à une passation de pouvoir avant l'heure.

8h34

Les 72 candidats des trois listes forment une impressionnante haie d'honneur depuis le centre commercial de Fontvieille jusqu'à l'entrée du bureau de vote. Impossible pour les électeurs de les esquiver.

10h

La haie d'honneur s'est bien raccourcie. Il faut s'économiser. La journée sera longue. Les relais se mettent en place.

13h

Le premier taux de participation est livré par la mairie de Monaco, qui a mobilisé 120 employés communaux pour assurer la bonne organisation du scrutin. À 13 h, donc, 38,59 % des électeurs avaient voté (2 796 votants), contre 40,80 % en 2013 à la même heure. En raison de la hausse du nombre de Monégasques en cinq ans, cela représente toutefois 10 électeurs de plus.

13h30

À l'heure du déjeuner, les candidats se relaient pour assurer le maintien du tractage et d'un bout de haie d'honneur à l'entrée du bureau de vote.

14h

Les candidats sont successivement interviewés par l'équipe de « C à vous », sur France 5, dépêchée à l'Espace Léo-Ferré pour suivre les élections nationales monégasques.

16h

Le deuxième taux de participation de la journée tombe : 55,7 % des électeurs ont voté à 16 h, contre 59,9% en 2013. Soit 4 036 votants contre 4 086 cinq ans plus tôt (50 de moins).

17h08

Selon des observateurs avertis, il faut s'attendre à pas mal de panachage sur les bulletins de vote. Le temps de passage des électeurs dans l'isoloir est effectivement un bon indicateur.

18h35

La nuit tombe sur Monaco et le bureau de vote de l'Espace Léo-Ferré, qui ferme dans moins d'une demi-heure. On note encore une certaine affluence.

19h

Fermeture du bureau de vote. Les jeux sont faits.

19h04

Le taux de participation « définitif » est tombé. Il s'établit à 70,4 %. Hier, 5 100 électeurs se sont exprimés, contre 5 078 en 2013. Un nombre stable mais un taux de participation en baisse, quand on sait qu'il était de 74,4 % la dernière fois. Maintenant, le compte à rebours commence…

19h13

La mairie de Monaco ferme les portes de la salle pour mettre en place le dispositif du dépouillement. Vingt-deux tables vont être installées, soit deux de plus qu'en 2013.

20h08

L'urne contenant les 5 097 bulletins est retournée sur une grande table, puis les enveloppes réparties dans 22 boîtes qui seront apportées sur les 22 tables où le dépouillement sera opéré.

21h

« Vous pouvez commencer. » Le maire Georges Marsan lance les opérations de dépouillement. Si les électeurs ont fait du panachage le jeu du jour, les opérations sont appelées à durer jusqu'à tard dans la nuit.

21h07

Le taux de participation est affiné par la mairie. Il s'établit précisément, et définitivement, à 70,35 %. Au total, donc, 5 097 électeurs auront voté.

22h02

Pour la troisième fois en une heure, le maire Georges Marsan, qui préside le bureau de vote, demande un peu plus de calme dans la grande salle. « Faites moins de bruit s'il vous plaît, les présidents et assesseurs ont du mal à travailler ! » Il faut bien reconnaître que le public, fort nombreux, se promène de table en table en discutant, en commentant la hauteur des tas de bulletins des trois listes.

22h28

Un habitué des élections à Monaco vient de faire le tour des tables et son jugement est sans appel : « Il n'y a pas photo. Primo ! est largement devant, suivi de HM et UM. » Attendons le verdict de la première table…

23h22

Stéphane Valeri, qui a disparu des écrans radars une partie de la soirée pour se réfugier dans son QG de campagne à l'Aigue-Marine, arrive à son QG du jour, sur la terrasse du McDo.

23h24

Avant même la proclamation des résultats définitifs, Stéphane Valeri réagit à un plébiscite annoncé : « Je veux remercier chaleureusement les Monégasques qui nous accordent ce soir une très large victoire. Leur confiance nous donne la légitimité nécessaire pour redonner au Conseil national toute sa place dans les institutions. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.