“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Soixante ans de Magic Johnson : trois jours de fête dans le Golfe

Mis à jour le 03/09/2019 à 10:38 Publié le 03/09/2019 à 10:38
Magic Johnson a fait les choses en très grand pour accueillir ses amis dans le Golfe de Saint-Tropez.

Magic Johnson a fait les choses en très grand pour accueillir ses amis dans le Golfe de Saint-Tropez. Jean-Marc Rebour

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Soixante ans de Magic Johnson : trois jours de fête dans le Golfe

Comme annoncé, la légende du basket américain fêtera bien ses six décennies dans la presqu’île. La première grosse « party » s’est tenue hier à Nikki beach

Derrière les hauts murs de la plage Nikki Beach, au bout du quai de l’Epi à Pampelonne sur la commune de Ramatuelle, le tube Let’s shout de Michael Jackson tournait à plein régime hier.

Tentant pour les amateurs d’ambiances estivales festives, même s’il était totalement impossible de franchir le seuil de la célèbre plage. Les colosses installés à toutes les issues étaient là pour dissuader quiconque tenterait l’aventure.

Et pour cause, comme l’indiquait le panneau apposé au mur de l’entrée principale, il s’agissait d’une Private party. Et quelle fête privée : Magic Johnson, géant du basket a organisé un anniversaire à sa démesure : trois jours de fête autour de la presqu’île.

Stars en fusion

Arrivée vers 14 h 30, la légende des LA Lakers a rejoint ses convives déjà nombreux. Deux cent cinquante personnes étaient attendues dont quelques top people.

Le basketteur avait déjà foulé le sable de Pampelonne quelques jours avant sa date anniversaire, le 14 août, pour déjeuner en compagnie de son épouse Cookie et de l’inoubliable interprète de Pulp Fiction Samuel L. Jackson, au Club 55.

Hier, à Nikki Beach, les bruits les plus fous ont couru : de la diva Beyoncé à Barack Obama : peu probable hier pour ce dernier « sinon il y aurait eu un dispositif de sécurité à des kilomètres à la ronde » ironisait un photographe en quête de stars.

Des stars il y en avait pourtant bien hier. Le fidèle ami Samuel L. Jackson était bien de la party, de même que l’acteur et humoriste américain Chris Tucker, alias Ruby Rhod dans le 5e élément.

Est-ce la présence de ces deux stars qui ont chauffé le sable déjà brûlant de Nikki ? Toujours est-il que les palissades qui protégeaient ce beau monde ont vibré tout l’après-midi sur des airs soul et R n’B. « Les amis, amusez-vous ! Il y a du homard et du bon vin. Merci pour votre présence pour cette occasion spéciale » pouvait-on entendre.

Des Caves du Roy à La Citadelle

Vers 17 heures déjà, alors que la fête s’annonçait jusqu’à 20 heures, voire minuit, les platines étaient en fusion : « Je veux du bruit pour mon pote Magic ! » lançait un convive.

De nombreux basketteurs étaient bien entendu présents, tels Dwyane Wade venu avec sa sculpturale épouse, l’actrice Gabrielle Union.

Tout aussi sculpturale l’actrice et chanteuse Jennifer Lopez, venue avec son mari, le joueur de baseball Alex Rodriguez. On les apercevra sans doute ce soir du côté des Caves du Roy à Saint-Tropez où la fête doit se poursuivre, toujours en version privatisée.

Quand on a été un sportif de haut niveau, on a de l’endurance et c’est donc une troisième nuit de fête, cerise sur le gâteau, qui est annoncée ce mercredi à la Citadelle de Saint-Tropez, où d’importants aménagements sont en cours d’installation. « Bien plus importants que pour la Fight Night », annonçait-on.

Barack Obama, annoncé avec sa famille, viendra-t-il cette fois ? Le ciel étoilé de la Presqu’île en sera peut-être le témoin privilégié.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.