“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

550 rameurs en action dans la baie monégasque

Mis à jour le 21/02/2016 à 05:02 Publié le 21/02/2016 à 05:02
Entre le Yacht-club et la frontière avec Roquebrune, les rameurs ont parcouru hier matin 6 kilomètres sur l'eau.

Entre le Yacht-club et la frontière avec Roquebrune, les rameurs ont parcouru hier matin 6 kilomètres sur l'eau. Jean-François Ottonello

Je découvre la nouvelle offre abonnés

550 rameurs en action dans la baie monégasque

Le challenge Prince Albert II, compétition d'aviron de mer, réunit depuis hier, et aujourd'hui encore, des athlètes venus de douze pays. Une sorte de répétition générale avant les Mondiaux

Une journée d'hiver sans pareil. Ciel azur et soleil protecteur. Les 550 rameurs engagés hier dans le challenge Prince Albert II ont eu de la chance. Même s'ils furent plus concentrés sur leur performance que sur le climat au beau fixe.

Pour la douzième édition de cette épreuve d'aviron de mer, une douzaine de nationalités se sont affrontées hier sur l'épreuve des 6 000 mètres dans la baie de Monaco. Garçons et filles, entre 14 et 18 ans. Avec tous la même volonté de défier leurs limites, dans un sport qui est encore en recherche de notoriété.

« Le dernier championnat français d'aviron de mer s'était tenu en 1968 à Villefranche. Et Monaco l'avait remporté. Puis, ce sport est tombé dans l'oubli », détaille Jean-François Gourdon, président de la Société nautique, à la manœuvre hier.

Championnat du monde en octobre

Relancé dans les années 90, l'aviron de mer (qui nécessite des bateaux plus lourds qu'en rivière) est aujourd'hui un sport dans lequel Monaco se positionne. « L'idée est de faire ressentir l'atmosphère de ce sport qui porte de bonnes valeurs et une bonne ambiance. »

Le challenge Prince Albert II est devenu en douze ans « le plus grand rassemblement de la discipline après les championnats du monde ». Avec des sportifs en provenance du Portugal, d'Ukraine ou d'Algérie, cette année. Des compétiteurs et un public qui ont découvert hier un village bâti sur les quais de la Société nautique pour faire vivre l'événement.

Ce week-end sert aussi de répétition générale. En effet, du 19 au 22 octobre prochains, Monaco accueillera les championnats du monde d'aviron de mer. Une compétition internationale à laquelle sont attendues 700 à 800 rameurs et leurs équipes.

En parallèle, un mini-championnat méditerranéen devrait être intégré à ces Mondiaux, auquel seront invités tous les pays qui bordent la Méditerranée.

Et Jean-François Gourdon souhaite également impliquer le pays. « Nous allons lancer un concept de parrainage à l'attention des résidents de la Principauté. L'idée est que les résidents qui le souhaitent fassent venir des avironneurs de leurs pays respectifs pour créer une dynamique. »

Les organisateurs espèrent que le public trouvera son intérêt à venir suivre cette compétition, qui constituera une première en Principauté.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.